Publicité

Les opposants à Netanyahou proches d'un accord de gouvernement

Le centriste Yaïr Lapid a jusqu'à mercredi pour renverser Benyamin Netanyahou. ©AFP

Le leader centriste Yaïr Lapid continue à négocier avec le nationaliste Naftali Bennett pour former un gouvernement alternatif à celui de Benyamin Netanyahou.

Le compteur tourne en Israël, alors que plusieurs partis tentent de former un gouvernement alternatif à celui de Benyamin Netanyahou. Le dirigeant du parti centriste Yesh Atid, Yaïr Lapid, tente depuis plusieurs jours de former une coalition en réunissant des partis opposé au Premier ministre israélien. En cas de succès, cela mettrai fin à 12 ans de pouvoir discontinu de Netanyahou, une première en Israël.

Yaïr Lapid a jusqu'à mercredi pour convaincre ses futurs partenaires de le rejoindre. Passé ce délai, 61 députés de la Knesset, le Parlement israélien, pourront charger un nouveau parlementaire de former un gouvernement. L'autre option serait un retour aux urnes, alors que les Israéliens viennent de voter quatre fois en deux ans. Dans ce cas, Netanyahou se maintiendrait encore un temps au pouvoir.

Yaïr Lapid, ancien journaliste entré en politique en 2012, négocie avec le dirigeant du parti nationaliste Nouvelle Droite (droite radicale), un ex-collaborateur de Benyamin Netanyahou. Un coup dur pour "Bibi".

Tout sépare les deux hommes sur le terrain idéologique, en particulier concernant la résolution du conflit israélo-palestinien. Lapid est un tenant de la solution à deux États, qui pourrait céder des terres aux Palestiniens. Bennett projette quant à lui d'annexer une partie de la Cisjordanie.

"Dans une semaine, Israël pourrait entrer dans une nouvelle ère."
Yaïr Lapid
Fondateur et dirigeant du parti Yesh Atid

S'ils concluent un pacte de majorité, ce sera autour d'un programme de relance de l'économie israélienne et de gestion de la crise du Covid-19. La question palestinienne sera un terrain glissant, alors que le pays sort de 11 jours de guerre contre le Hamas qui ont offert un sursis à Benyamin Netanyahou.  

"Dans une semaine, Israël pourrait entrer dans une nouvelle ère", a déclaré Yaïr Lapid lors d'une réunion des députés de son parti. Naftali Bennett semble déterminé à expulser Netanyahou du pouvoir.

Les deux partis se partageraient le poste de Premier ministre en alternant après deux ans, Naftali Bennett prenant le poste en premier.

Netanyahou a qualifié cette tentative de coalition de "danger pour Israël".

Une coalition disparate

61
députés
Yaïr Lapid est parvenu à obtenir 57 députés, il lui en manque 4 pour former une majorité à la Knesset, fixée à 61 élus.

Lapid est parvenu à obtenir 57 députés, il lui en manque quatre pour former une majorité de 61 élus. Il négocie aussi avec plusieurs formations, dont Bleu et Blanc (centre gauche), de Benny Gantz, New Hope (centre droit), le parti travailliste (gauche), Israël Beytenou (droite), Meretz (gauche). La Liste arabe unie pourrait rejoindre cette coalition, ce qui serait une première pour un parti représentant les Arabes israéliens.

Le parti Shas (ultra-orthodoxe) a lancé un appel lundi pour former un gouvernement de droite avec Benyamin Netanyahou et Naftali Bennett.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés