Publicité

Menace de "shutdown" sur le gouvernement américain

Le président des États-Unis Joe Biden est engagé dans une course pour éviter un "shutdown" du gouvernement américain. ©Photo News

C'est une semaine périlleuse pour le programme économique de Biden, confronté à un refus des républicains de voter la prolongation du budget et de relever le plafond de la dette.

L'horloge tourne pour Joe Biden. Il reste deux jours au président des États-Unis pour convaincre le Congrès de voter la prolongation du budget au-delà du 30 septembre. Sans quoi ce sera le "shutdown" dès vendredi, l'arrêt d'une partie des activités de l'administration américaine.

"Il est impératif que le Congrès règle rapidement la limite de l'endettement. Si ce n'est pas le cas, l'Amérique va faire défaut pour la première fois dans l'histoire."
Janet Yellen
Secrétaire au Trésor

Un premier projet de prolongation du budget a été recalé lundi soir au Sénat. Les républicains ont refusé d'apporter leur soutien parce que les démocrates ont ajouté à cette prolongation la proposition de suspendre le plafond de la dette jusqu’à la fin 2022.

Un second vote aura lieu jeudi soir, il est perçu comme l'un des plus importants de la législature de Biden.

Pour les démocrates, il est indispensable de relever le plafond de la dette fixé à 28.400 milliards de dollars. "Il est impératif que le Congrès règle rapidement la limite de l'endettement. Si ce n'est pas le cas, l'Amérique va faire défaut pour la première fois dans l'histoire", a déclaré mardi Janet Yellen, la secrétaire au Trésor.

Pour les républicains, pas question de donner un chèque en blanc à Biden.

Une semaine cruciale

Joe Biden est également décidé à faire passer durant les jours à venir deux législations budgétaires importantes, alors que sa majorité au Congrès est des plus fragiles.

La première législation est le plan "Build Back Better", dont le montant historique de 3.500 milliards de dollars hérisse les républicains. Ce plan vise à relancer l'économie du pays, en augmentant les dépenses sociales et en investissant massivement dans la lutte contre les changements climatiques.

3.500
milliards de dollars
Le président des États-Unis Joe Biden peine à accorder son propre parti sur les dispositions sociales et le montant de son plan de relance "Build Back Better" à 3.500 milliards de dollars.

Biden espère faire adopter ce plan par la Chambre des représentants. Mais les républicains le rejettent en bloc et des différends déchirent la famille démocrate entre l’aile progressiste et les centristes, en particulier sur le montant des dépenses sociales.

Blocage du plan sur les infrastructures

La Maison-Blanche veut aussi faire passer un plan de 1.200 milliards de dollars d'investissements pour relancer les infrastructures du pays, comme les réseaux de transport, les écoles et l'internet à haut débit. Ce plan rassemble davantage au sein du Congrès. Début août, les démocrates et un tiers des républicains l'avaient soutenu au Sénat.

Un dernier vote sur les infrastructures doit avoir lieu jeudi à la Chambre des représentants. Mais l'aile progressiste démocrate menace de s'y opposer s'il n'y a pas un accord sur des dépenses sociales ambitieuses.

Vote crucial jeudi soir

"Il n'est pas certain que nous puissions continuer à respecter tous les engagements de la Nation."
Janet Yellen
Secrétaire au Trésor

Ce bras de fer se corse de la menace de "shutdown" si le Congrès ne prolonge pas le budget jeudi soir. Plus grave, le gouvernement américain pourrait être en défaut de paiement d'ici le 18 octobre, selon Janet Yellen, si le plafond de la dette n'est pas relevé. "Il n'est pas certain que nous puissions continuer à respecter tous les engagements de la Nation", a-t-elle dit.

Sous l'administration Trump, les républicains avaient voté à 3 reprises pour suspendre le plafond de la dette avec le soutien des démocrates. Cette fois, ils rejettent la suspension par crainte de voir le gouvernement se lancer dans des dépenses "incontrôlées".

Pour sortir de la crise, les démocrates devraient proposer aux républicains de voter la prolongation du budget en retirant la question de la suspension du plafond de la dette. Par la suite, ils devraient tenter de voter à eux seuls cette suspension par une procédure complexe.

Selon un rapport du "think tank" Bipartisan Policy Center, le gouvernement américain pourrait faire défaut à partir de mi-octobre. Un tel défaut de paiement pourrait non seulement déstabiliser les marchés américains, mais provoquer un cataclysme financier mondial.

Le résumé

  • Le président des États-Unis doit obtenir une prolongation du budget au-delà du 30 septembre. S'il n'y parvient pas d'ici jeudi à minuit, l'administration américaine risque le "shutdown".
  • Les démocrates veulent aussi relever le plafond de la dette, les États-Unis risquant un défaut de paiement pour la mi-octobre. Une option que les républicains rejettent.
  • Joe Biden ambitionne de faire passer deux plans budgétaires, l'un à 1.200 milliards de dollars pour redresser les infrastructures, l'autre à 3.500 milliards pour relancer l'économie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés