Neuf personnes sur dix respirent un air pollué

©EPA

La pollution de l'air tue 7 millions de personnes dans le monde chaque année, déclare l'Organisation mondiale de la santé.

Plus de 90% de la population mondiale respire un air ambiant pollué, affirme l'Organisation mondiale de la santé. L'OMS estime que la pollution est responsable de sept millions de morts chaque année.

"Au cours des 6 dernières années, les niveaux de pollution de l'air ambiant sont restés élevés et plus ou moins stables, avec des concentrations en baisse dans certaines régions d'Europe et des Amériques."  L'agence de l'ONU pointe donc un chiffre, certes inchangé depuis la publication de son dernier rapport il y a deux ans : "9 personnes sur 10 respirent de l'air contenant des niveaux élevés de polluants."

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général, ajoute toutefois que si nous sommes tous menacés par la pollution de l'air, "les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées portent le poids du fardeau." "On ne peut pas accepter que plus de 3 milliards de personnes - surtout des femmes et des enfants - continuent de respirer tous les jours des fumées mortelles émises par des fourneaux et des combustibles polluants à l'intérieur de leurs habitations."

Les conclusions de l'OMS s'appuient sur la qualité de l'air observée dans plus de 4.300 villes dans 108 pays (soit 1.000 villes de plus que lors du dernier rapport).

Où trouve-t-on l'air le plus vicié?

→ les régions d'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental. On y dénombre respectivement 2,4 et 2,2 millions de morts.
→ l'Afrique avec près d'un million de morts
→ la région de Méditerranée orientale avec environ 500.000 de morts comme en Europe
→ les Amériques avec plus de 300.000 de morts

D'après ces données, il y a donc environ 7 millions de personnes qui meurent chaque année des suites de l'exposition aux particules fines. Celles-ci pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire causant des diverses affections: les accidents vasculaires cérébraux, les problèmes cardiaques et le cancer du poumon. On note aussi beaucoup de bronchites chroniques et des pneumonies,

Quelles solutions? 

L'OMS entrevoit toutefois une volonté croissante d'y remédier. "Nous constatons un intérêt politique de plus en plus marqué pour mesurer et surveiller la qualité de l'air, en particulier dans les pays à revenus élevés", affirme la directrice du département de Santé publique de l'OMS, le Dr Maria Neira. C'est le cas en Europe et en Amérique du Nord, mais aussi en Chine et en Inde. 

Quoi qu'il en soit, l'activité humaine ne constitue pas la seule source de pollution de l'air. Les tempêtes de sable, en particulier dans les régions situées à proximité d'un désert, ont aussi une influence sur la qualité de l'air, selon l'OMS.

Une toute première conférence mondiale sur la qualité de l'air se tiendra du 30 octobre au 1er novembre à Genève.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect