Publicité
Publicité

Nouveau gouvernement turc: Erdogan nomme un économiste aux Finances

Le ministre turc de la Culture et du Tourisme Mehmet Nuri Ersoy, le ministre du Trésor et des Finances Mehmet Simsek et le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Alparslan Bayraktar lors de la réunion de présentation des membres du cabinet au palais présidentiel d'Ankara. ©EPA

Le nouveau gouvernement de Recep Tayyip Erdogan espère restaurer la confiance des marchés et relever les défis économiques auxquels le pays est confronté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a présenté un nouveau gouvernement rénové, comprenant des changements majeurs dans les ministères des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi que la nomination d'un économiste pour faire face aux défis économiques. Voici un aperçu des changements clés et des défis auxquels le nouveau gouvernement turc sera confronté.

Qui est l'économiste nommé aux Finances et quel sera son rôle?

Mehmet Simsek, 56 ans, un ancien économiste de la banque américaine Merrill Lynch, a été nommé ministre des Finances en Turquie. Simsek a précédemment occupé les postes de ministre des Finances et de vice-Premier ministre chargé de l'Économie. Son objectif principal sera de rétablir la confiance des investisseurs en mettant en place des politiques financières plus orthodoxes, notamment en mettant fin à la politique des taux d'intérêt bas préconisée par le président Erdogan.

Publicité

Si la nomination de Mehmet Simsek peut retarder une crise économique imminente, elle ne résoudra pas à long terme les problèmes économiques structurels du pays.

La nomination de Mehmet Simsek vise à rassurer les marchés financiers, qui espéraient un changement de cap économique en Turquie. Les investisseurs attendent des mesures pour lutter contre l'inflation élevée, qui a atteint en moyenne 73% en 2022 et un pic de 24 ans à 85% à l'automne dernier, en raison de la politique de baisse des taux d'intérêt du président Erdogan.

Quelles sont les perspectives économiques pour la Turquie?

L'objectif du programme économique du président Erdogan est de relancer la croissance économique, les exportations et les investissements grâce à une politique monétaire expansionniste et à des crédits ciblés.

Cependant, cette approche a conduit à une augmentation importante de l'inflation. Les experts estiment que si la nomination de Mehmet Simsek peut retarder une crise économique imminente, elle ne résoudra pas à long terme les problèmes économiques structurels du pays.

Qui est l'ex-députée bruxelloise nommée par Erdogan?

Mahinur Özdemir Göktas, une ancienne députée bruxelloise qui possède la double nationalité belgo-turque, a été nommée ministre de la Famille en Turquie. Elle est la seule femme du cabinet turc.

Mahinur Özdemir Göktas a été exclue du cdH en 2015 pour ses difficultés à reconnaître clairement le génocide arménien.

Elle a commencé sa carrière politique au niveau communal à Schaerbeek, où elle a été élue conseillère communale en 2006 pour le cdH (devenu Les Engagés). En 2009, elle est devenue députée bruxelloise, mais sa prestation de serment avec un foulard sur la tête a suscité des débats sur le port de signes religieux en politique.

Ses relations avec le parti ont été tendues, et elle a finalement été exclue en 2015 pour sa position ambiguë sur le génocide arménien. Après avoir poursuivi ses mandats en tant qu'élue indépendante, elle a quitté la vie politique belge pour devenir ambassadrice de Turquie en Algérie en janvier 2020.

Quels sont les changements dans les ministères clés?

Hakan Fidan, ancien chef du service de renseignement turc (MIT), a été nommé ministre des Affaires étrangères, en ramplacement de Mevlut Cavusoglu. Fidan est un proche conseiller du président Erdogan depuis de nombreuses années et est responsable des négociations diplomatiques avec des pays arabes tels que l'Égypte, les Émirats arabes unis, la Libye et la Syrie. "C'est le gardien de mes secrets, le gardien des secrets de l'État", confiait, en 2012, le président, en décrivant Fidan comme un "fonctionnaire très bien formé".

Yasar Güler, chef d'état-major des Armées, a succédé à Hulusi Akar en tant que ministre de la Défense. Akar, considéré comme l'artisan de la résistance au coup d'État manqué de juillet 2016, occupait ce poste depuis juillet 2018.

Après deux décennies au pouvoir, d'abord en tant que Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan a également choisi un nouveau vice-président, Cevdet Yilmaz, qui est un membre loyal de son parti, l'AKP. Yilmaz est un député de Diyarbakir, une ville située dans le sud-est du pays, et il a déjà occupé plusieurs postes ministériels.

Le nouveau cabinet, composé de dix-sept ministres, se réunira pour la première fois mardi.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.