Nucléaire iranien: proche d'un accord...

©AFP

Les négociateurs des grandes puissances et de l'Iran se retrouvent à Lausanne afin de lever les derniers obstacles à un accord sur le nucléaire iranien.

Les chefs de la diplomatie des grandes puissances et de l'Iran se sont retrouvés lundi matin à Lausanne autour de la même table, pour la première fois depuis des mois, afin de lever les derniers obstacles à un accord jugé "faisable" avant l'échéance du 31 mars. Présidant l'immense table rectangulaire de la réunion, le ministre iranien, Mohammad Javad Zarif, et la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, arboraient un large sourire, contrastant avec le visage fermé du secrétaire d'Etat américain, John Kerry.


C'est la première fois depuis une précédente session de négociations en novembre dernier à Vienne que les ministres du P5+1 (USA, GB, France, Russie, Chine, Allemagne) et les négociateurs iraniens se retrouvent tous ensemble. Après un an et demi de négociations acharnées à Genève, Vienne, New York, Lausanne, les négociateurs sont déterminés à conclure un premier compromis, fondamental pour poursuivre les négociations jusqu'à un accord final d'ici le 30 juin.

Objectif: s'assurer que l'Iran ne cherchera pas à se doter de la bombe atomique en contrôlant étroitement son programme nucléaire, en échange d'une levée des sanctions internationales qui étranglent l'économie iranienne depuis des années.

"Parvenir à un accord est faisable. Des solutions ont été trouvées sur de nombreuses questions. Nous travaillons encore sur deux ou trois questions et nous n'avons pas encore trouvé les solutions", avait précisé dimanche le négociateur iranien Abbas Araghchi.

L'un des plus épineux obstacles restant concerne la levée des sanctions liées à la prolifération nucléaire, prises par l'ONU depuis 2006, et que l'Iran voudrait voir levées en bloc et tout de suite après la conclusion d'un accord. Téhéran insiste aussi pour pouvoir faire de la recherche et du développement, notamment afin d'utiliser à terme des centrifugeuses plus modernes et plus puissantes pour enrichir l'uranium.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés