Obama prend rendez-vous avec l'Europe

Le président américain se rendra le 20 novembre prochain à Lisbonne pour un sommet UE-USA qui se tiendra en marge du sommet de l'Otan. Il y rencontrera José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, et Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen.

Le 20 novembre prochain, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso devraient acceuillir Barack Obama pour un sommet UE-USA en marge du sommet de l'Otan.

La rencontre se tiendra à Lisbonne, où est prévu de longue date un sommet atlantique qui nécessitera la présence du Président américain.

Cette rencontre devrait réchauffer les relations entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Au printemps dernier, elles avaient connu un coup de froid après de refus de Barack Obama de participer à une réunion du même type à Madrid. Cette décision était apparue comme un camouflet pour l'Espagne, qui en avait fait un temps fort de sa présidence tournante de l'UE au premier semestre, et pour l'Europe toute entière, qui se sent de plus en plus délaissée par Washington, au profit de l'Asie.

Les sommets entre les Etats-Unis et l'Union européenne se tiennent, sauf exception, une fois par an et au plus haut niveau. Du fait de l'absence de M. Obama, la réunion avait été annulée et reportée, en principe à la fin de l'année.

L'absence du président américain à Berlin en novembre dernier aux commémorations des 20 ans de la chute du Mur n'était déjà pas passée inaperçue dans l'UE. Pas plus que son peu d'intérêt apparent pour le précédent sommet UE/Etats-Unis le même mois à Washington: M. Obama n'y était resté qu'une heure et demie avant de s'excuser.

L'UE est aussi sortie traumatisée de la conférence sur le climat de Copenhague en décembre 2009, quand le président américain a préféré négocier directement avec la Chine et l'Inde un accord a minima.

"Les présidents Van Rompuy et Barroso attendent cette occasion pour rencontrer à nouveau le président Obama (et) pour réaffirmer l'agenda transatlantique et poursuivre la coopération américano-européenne sur des questions d'intérêt commun", annonce un communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés