Pas de levée de quarantaine pour les passagers belges au Royaume-Uni

Les Anglais vont pouvoir retrouver le chemin des pubs. ©EPA

Mis en place le 8 juin, l'isolement obligatoire pour les passagers étrangers sera révisé d'ici la fin du mois, avec la mise en place de "ponts aériens" pays par pays. La Belgique ne fait pas partie de la shortlist de Boris Johnson.

Le Premier ministre britannique a confirmé ce mardi devant le Parlement que les restaurants, pubs, cinémas et musées pourront rouvrir à partir du 4 juillet. Les compagnies aériennes devront attendre encore quelques jours avant de savoir dans quelle mesure la quarantaine appliquée aux passagers arrivant au Royaume-Uni ou revenant de l'étranger sera levée. Depuis le 8 juin, les passagers arrivant par train, avion ou bateau doivent remplir un formulaire pour indiquer le lieu dans lequel ils s'isoleront pendant quatorze jours. Seuls quelques professions et cas de force majeure permettent d'échapper à cette obligation.

22.500
emplois
Le nombre de suppressions de postes déjà prévues au sein des quatre principales compagnies aériennes britanniques (British Airways, Ryanair, EasyJet, Virgin Atlantic) est de 22.500. Soit un quart des effectifs.

La quarantaine est censée être révisée toutes les trois semaines. Johnson a indiqué que des "ponts aériens" seraient négociés pays par pays, ce qui signifie que le retour à la normale ne sera pas encore possible avant quelques semaines. Le principe des "corridors" est leur caractère limitatif. Seule une douzaine de pays devraient en bénéficier. "Notre politique de ponts aériens sera basée sur la santé publique", a assuré Boris Johnson. Mais la priorité devrait bien être donnée aux pays accueillant le plus de touristes, comme la France, l'Espagne, le Portugal, voire plus au sud, le Maroc, la Grèce et la Tunisie. La pression des compagnies aériennes britanniques est intense depuis quelques semaines. British Airways, EasyJet et Ryanair ont même saisi la Haute Cour de justice, qui rendra son avis dans le courant du mois de juillet.

Au début du mois, ces compagnies ont proposé une liste de 45 pays jugés prioritaires pour leur activité au gouvernement. Y figuraient notamment la République dominicaine, le Mexique, Malte, la Pologne, la Suède, le Monténégro, la Suisse ou la France. Mais pas la Belgique. Seul un tiers de pays indiqués dans cette liste initiale devrait bénéficier des corridors.

Privée de moyens de pression

Le ministère belge des Affaires étrangères et l'ambassade de Belgique au Royaume-Uni ont confirmé à L'Echo qu'à ce jour, la Belgique ne figurait pas sur la liste finale qui doit être rendue publique dans les prochains jours.

À la différence de la France, la Belgique a immédiatement permis aux passagers arrivant du Royaume-Uni de ne pas être soumis à une quarantaine. Elle s'est ainsi privée de l'un de ses rares moyens de pression. Aucune négociation n'a pris place de façon formelle et officielle. Selon le Telegraph, la Commission européenne a demandé au Royaume-Uni d'appliquer un régime identique à tous les pays de l'Union européenne, sans discrimination.

Vous naviguez sur mobile? Cliquez ici pour un meilleur confort de lecture.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés