Pékin accuse l'Otan et Biden d'exagérer "la menace chinoise"

Les dirigeants des pays de l'Otan ont signalé leur préoccupation à l'égard de la Russie, mais aussi de la Chine. ©EPA

L'Otan amplifie "la théorie de la menace chinoise", estime Pékin. La veille, lors du sommet de l'alliance Atlantique, l'organisation avait évoqué le "défi systémique" posé par la Chine.

La réponse du régime communiste ne s'est pas fait attendre. Au lendemain du sommet de l'Alliance atlantique, l'ambassade de Chine auprès de l'UE a accusé l'Otan de faire preuve d'une "mentalité de guerre froide" et de chercher à "créer artificiellement des confrontations". Pour l'empire du milieu, il n'y a pas l'ombre d'un doute: l'Otan et Joe Biden exagèrent "la théorie de la menace chinoise".

Il faut dire que la montée en puissance de la Chine était dans tous les esprits. Ce qui contrastait fortement avec le sommet de Londres de 2019, durant lequel son nom avait à peine été évoqué.

"La Chine n'est pas notre adversaire, notre ennemi"
Jens Stoltenberg
Secrétaire général de l'Otan

Les dirigeants des pays de l'Otan ont signalé leur préoccupation à l'égard de la Russie, mais aussi de la Chine. "Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement déterminé représentent des défis systémiques pour l'ordre international, fondé sur des règles et dans des domaines revêtant de l'importance pour la sécurité de l'Alliance", ont affirmé les alliés.

"Calomnie"

Selon l'ambassade de Chine, l'expression de défi systémique "calomnie l'évolution pacifique" du pays. Pékin disposerait de 20 fois moins de têtes nucléaires que les membres de l'Otan.

"La Russie et la Chine cherchent à nous diviser, mais notre alliance est solide. L'Otan est unie et les États-Unis sont de retour"
Joe Biden
Président des États-Unis

Lundi, le secrétaire général de l'Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, a cherché à atténuer la portée de la déclaration finale du sommet. "La Chine n'est pas notre adversaire, notre ennemi. Mais nous devons faire face en tant qu'alliance au défi que représente la Chine pour notre sécurité", a-t-il affirmé.

"La Russie et la Chine cherchent à nous diviser, mais notre alliance est solide. L'Otan est unie et les États-Unis sont de retour", s'est félicité le président américain Joe Biden, lors de sa conférence de presse. La Chine est notamment en passe de détrôner les États-Unis comme première puissance mondiale.

Pour rappel, Joe Biden rencontrera le président russe Vladimir Poutine, mercredi, à Genève, après s'être coordonné avec ses alliés à Bruxelles. Une rencontre qui sera scrutée de près par les Vingt-Sept. Le président américain devrait trancher froidement avec l'amitié étrange nouée entre Donald Trump et le maître du Kremlin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés