Petro Porochenko peut-il ramener la paix en Ukraine?

©AFP

Le milliardaire pro-occidental, donné vainqueur de la présidentielle de dimanche en Ukraine, s'est fixé pour priorités de mettre fin à la guerre dans l'Est séparatiste et de mener son pays sur la voie de l'intégration européenne. La Russie se dit "prête au dialogue" avec les nouvelles autorités en Ukraine.

L'homme d'affaires Petro Porochenko, deux fois ministre de précédents gouvernements, n'a pas attendu les résultats officiels pour détailler les premières mesures qu'il prendra en tant que chef de l'Etat: se rendre dans les régions du Donbass en proie à une insurrection armée prorusse, "ramener la paix en Ukraine" et convoquer dès cette année des élections législatives anticipées. 

Un travail titanesque attend le futur président Petro Porochenko qui devra gérer tout autant l'absence de l'Etat, mise en lumière par la rébellion dans l'Est, que la quasi-faillite de l'économie ukrainienne, ainsi que des réformes économiques impopulaires imposées en échange de l'aide de 27 milliards de dollars consentie par le FMI, la Banque mondiale et l'Union européenne.

Donné vainqueur au premier tour de la présidentielle avec presque 54% des suffrages, selon les premiers résultats officiels, le 5e président de l'Ukraine indépendante devra également négocier avec la Russie sur la dette gazière que son pays a contractée auprès d'elle, un dossier qui inquiète les Européens, tributaires du gaz russe.

Mais la Russie est "prête au dialogue" avec le nouveau président ukrainien, a déclaré lundi le chef de la diplomatie russe.

"Nous sommes prêts au dialogue avec les représentants de Kiev, avec Petro Porochenko", a déclaré Sergueï Lavrov. Il a par ailleurs estimé que la poursuite de l'opération des autorités de Kiev contre les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine serait une "erreur colossale".

Le président déchu ukrainien Viktor Ianoukovitch, en fuite en Russie depuis fin février, a dit aussi "respecter" le choix du peuple après l'élection de Petro Porochenko à la présidence du pays. "Indépendamment de la région ou de la participation, quel que soit le choix qui a été fait, je respecte ce choix, fait au moment le plus difficile qui soit pour notre patrie", a déclaré M. Ianoukovitch dans une déclaration publiée à Rostov-sur-le-Don et citée par les agences russes.

A savoir

La victoire d'un homme "intelligent"

Pour les analystes, la victoire de M. Porochenko au scrutin, avec presque 54% des suffrages selon les premiers résultats officiels, est sans doute le moindre mal pour la Russie, même s'il a déjà annoncé que son cap serait une intégration européenne.

"C'est un homme intelligent, cultivé, qui a des intérêts économiques, en particulier avec la Russie, et de fait c'est un président très séduisant pour le Kremlin, le meilleur de tous les candidats", a déclaré à l'AFP Alexandre Konovalov, président de l'Institut des études stratégiques.

D'autant plus que l'oligarque, qui a fait fortune dans le chocolat, a de l'argent bloqué en Russie, ce qui en fait pour Moscou un levier de négociation, selon l'analyste.

Elu au 1er tour ?

L'oligarque Petro Porochenko arriverait largement en tête, devant l'égérie de la Révolution orange de 2004, Ioulia Timochenko, qui ne recueillerait que 13% des voix, selon un sondage à la sortie des bureaux de vote réalisé par un consortium d'instituts ukrainiens.

Le député populiste Oleg Liachko, 42 ans, coutumier des déclarations à l'emporte-pièce, arriverait en 3e position à la surprise générale avec 8% des suffrages. Le vote a consacré la cuisante défaite des candidats ultra-nationalistes qui s'étaient illustrés sur le Maïdan. 

Si les résultats se confirment, M. Porochenko sera élu dès le premier tour, ce qui constituerait une première depuis l'élection de Léonid Kravtchouk en 1991 après la dislocation de l'URSS.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés