Plaidoyer pour un grand emprunt européen

Le Cercle des économistes prône notamment une politique de la formation et de la recherche.

Le Cercle des économistes s'est prononcé dimanche pour la création d'une "agence de la dette européenne qui, plus que les Etats membres, pourrait piloter un grand emprunt européen", à l'issue des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence qu'il organise.

Le Cercle des économistes plaide pour un "grand emprunt" serait dédié à "une politique industrielle centrée sur les secteurs porteurs de la nouvelle croissance", à savoir la santé, l'énergie, les technologies vertes, les transports, le numérique et les nanotechnologies, selon la déclaration finale du Cercle, une association réunissant une trentaine d'économistes français de renom.

"L'Europe n'a pas une vision objective ni de sa puissance ni de sa réalité", assure le Cercle, qui dit croire "résolument" à l'avenir du Vieux Continent, à condition qu'il mette en oeuvre une "vraie stratégie de rupture" construite autour de nombreuses propositions axées sur 10 thèmes.

Les économistes du Cercle se prononcent aussi pour une "écologisation de la politique industrielle", pour la mise en oeuvre d'un Small Business Act européen destiné à soutenir les PME à l'instar du système américain, ou pour la régulation des marchés financiers. Ils prônent également une politique de la formation et de la recherche, notamment à travers l'allocation de 2% du PIB à l'enseignement supérieur.

"Nos pays peuvent rebondir s'ils mettent en oeuvre sans plus attendre la transition vers la nouvelle croissance. L'enjeu est de rester en course vis-à-vis des Etats-Unis et des grands pays émergents. A défaut de coopération, il faut apprendre à faire cohabiter une croissance équilibrée, décentralisée des pays européens avec la croissance de rattrapage des pays émergents", concluent-ils.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés