Pourquoi l’huile de palme pose-t-elle problème?

60% de l’huile de palme importée en Europe l’est pour des agrocarburants qui seraient plus toxiques que le diesel fossile. ©Science

Le Parlement européen s’est largement prononcé hier contre la surutilisation de l’huile de palme. Il demande l’abandon complet des agrocarburants à base d’huile de palme et une certification unique pour une huile de palme durable. Cette huile, de plus en plus utilisée, est responsable de 40% de la déforestation mondiale, menace la biodiversité, et la santé des consommateurs.

Le Parlement européen s’est prononcé hier contre une surutilisation de l’huile de palme, qui doit devenir durable. À Strasbourg, les eurodéputés ont approuvé à une très large majorité (640 voix pour, 18 contre et 28 abstentions) un rapport de la commission Envi sur l’environnement, la santé publique et la sécurité alimentaire. Cette matière première est de plus en plus utilisée depuis 30 ans dans des produits emballés (chips, pâtes à tartiner, maquillage, lessives…) ou les biocarburants.

Quels sont les problèmes posés par l'huile de palme?

7 millions
C’est environ les tonnes d’huile de palme importées chaque année en Europe, deuxième plus gros importateur de cette matière première.

La production d’huile de palme a "des conséquences environnementales graves, et met en danger la santé des consommateurs" explique Marc Tarabella, eurodéputé PS en charge de l’Agriculture au Parlement européen. La conversion de terres pour la production d’huile de palme est responsable de 40% de la déforestation dans le monde. Il s’agit en outre d’une monoculture menaçant gravement la biodiversité, mais aussi la souveraineté alimentaire. Des terres fertiles ne servent plus à nourrir, mais sont consacrées à la production d’huile de palme, notamment pour les agrocarburants. Et ces derniers sont pointés du doigt par le Parlement européen. Quand ils sont à base d’huile de palme, ils sont trois fois plus toxiques que les carburants fossiles, ce qui n’est pas le cas de tous les carburants végétaux. Enfin, l’huile de palme ingérée présente un "danger certain" pour la santé des consommateurs, selon sa densité, d’après un rapport de l’Efsa, l’agence européenne de sécurité alimentaire. Celui-ci montre que l’huile de palme transformée contient des agents génotoxiques et cancérigènes.

Que demande le Parlement européen?

La résolution votée veut inciter la Commission européenne à prendre des mesures. Les eurodéputés souhaitent que la réglementation sur l’étiquetage alimentaire, votée en 2014, soit plus vite appliquée. Elle oblige les emballages à mentionner l’huile exacte présente dans le produit, et non plus seulement "huile végétale". Ils réclament aussi la mise en place d’une certification unique pour une huile de palme durable, c’est-à-dire non issue de plantations ayant gagné du terrain sur la forêt primaire, et produite dans des conditions respectueuses du droit du travail. Enfin, le Parlement veut l’abandon complet de tous les agrocarburants à base d’huile de palme.

Marc Tarabella explique que ce vote alerte "sur les dangers pour la santé, et les conséquences environnementales, mais un cadre législatif doit le formaliser". Avant d’ajouter: "Vu le résultat du vote, il y a consensus autour de la question de l’huile de palme, on ne comprendrait pas que la Commission ne suive pas."

Quelles conséquences pour les consommateurs?

Ils auront toujours le choix de consommer de l’huile de palme, mais seront mieux informés. "Il ne s’agit pas de dire au consommateur ce qu’il doit faire, mais de l’avertir sur ce qu’il consomme", explique Marc Tarabella.

Quid des entreprises et des pays producteurs?

Le Parlement européen veut un arrêt progressif des agrocarburants à l’huile de palme, pour laisser le temps aux entreprises d’adapter leur production, ce qui devrait aussi, selon Marc Tarabella, permettre aux pays producteurs de voir venir. Mais le ministre malaisien des Plantations, Mah Siew Keong, a protesté mardi contre la résolution, arguant qu’elle mettait en danger de petits producteurs qui vivent de cette industrie. Pour les produits emballés, la certification permettra l’importation d’une huile de palme durable, qui restera donc autorisée.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés