Publicité

Poutine promet une livraison rapide de gaz via le Nord Stream 2 dès son lancement

La Russie presse l'Allemagne d'approuver le projet du gazoduc controversé Nord Stream 2 qui, selon elle, contribuera à combler la pénurie de gaz naturel en Europe. ©Bloomberg

Le président russe, Vladimir Poutine, a une nouvelle fois prié l'Allemagne d'autoriser le lancement du Nord Stream 2. Il promet une livraison de gaz rapide vers l'UE.

Vladimir Poutine n'en démord pas: il veut son Nord Stream 2. Le Président russe a promis jeudi que les livraisons de gaz à l'Union européenne via le nouveau gazoduc seraient rapides dès que ce gazoduc de la mer Baltique aura reçu le feu vert des autorités de régulation allemandes.

D'après le locataire du Kremlin, l'acheminement du gaz naturel pourrait commencer dans les 24 heures suivant l'approbation de l'Agence fédérale allemande des réseaux, qui réglemente notamment les marchés de l'électricité, du gaz et des télécommunications.

55 milliards
de mètres cube de gaz
Le Nord Stream 2 doit fournir jusqu'à 55 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an depuis la Russie.

Le Nord Stream 2, ce gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne en passant par la mer Baltique - une double ligne d'environ 1.200 kilomètres - a été achevé en septembre. Le premier tronçon a déjà été rempli de gaz, a déclaré M. Poutine lors d'un forum à Sotchi, ville de la mer Noire, et le second pourrait être rempli d'ici à la mi-décembre.

L'Agence fédérale des réseaux a jusqu'à début janvier pour décider d'un permis d'exploitation pour les conduites, qui doivent fournir jusqu'à 55 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an depuis la Russie.

Gazprom accusé de contribuer à la hausse des prix

Le Kremlin a appelé l'Allemagne à approuver rapidement le projet Nord Stream 2, en faisant valoir qu'il contribuera à combler la pénurie de gaz naturel qui frappe l'Europe et y fait grimper les prix de l'énergie.

Certains membres de l'UE ont accusé le géant gazier russe Gazprom de ne pas livrer de gaz et de contribuer à la hausse des prix. Les détracteurs de Gazprom soupçonnent cette entreprise de ne pas répondre à l'augmentation de la demande européenne afin d'imposer un démarrage rapide de Nord Stream 2, dont Gazprom détient une part importante. Des allégations réfutées à plusieurs reprises côté russe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés