Que faire de l'accord nucléaire iranien?

©Photo News

Alors que les présidents américain et français Donald Trump – grand détracteur de l’accord nucléaire iranien – et Emmanuel Macron ont signalé qu’une position commune pouvait être trouvée d’ici deux semaines pour revoir le texte, différentes voix se font entendre pour qu’il soit préservé.

L’accord sur le nucléaire iranien se retrouve coincé entre deux camps, ceux qui souhaitent le voir modifié et ceux qui ne veulent certainement pas y toucher. Explications:

→ L’accord tel qu’il est aujourd’hui

Appelé "Accord de Vienne sur le nucléaire iranien", il a été signé en juillet 2015 par les pays du P5+1 (Etats-Unis, la France, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni, l’Allemagne) ainsi que l’Union européenne et la République islamique d’Iran. Il a pour but de faire cesser le programme nucléaire iranien et de lever les sanctions économiques qui touchaient l’Iran.

→ Ceux qui souhaitent modifier l’accord

Donald Trump, le président américain, a depuis longtemps cet accord – signé par son prédécesseur Barack Obama – dans sa ligne de mire. Il le qualifie d’ailleurs "pire accord" jamais approuvé par son pays. Mardi, lors d’un entretien avec le président français Emmanuel Macron, Trump n’a pas manqué de rappeler son point de vue: "C’est un accord terrible qui n’aurait jamais dû être conclu. Quel est ce genre d’accord qui permet de tester des missiles?" Le président US a même donné aux signataires européens jusqu’au 12 mais pour "réparer les affreuses erreurs" de ce texte, sinon il refuserait de prolonger l’assouplissement des sanctions américaines contre l’Iran. À la sortie de son rendez-vous avec Emmanuel Macron, il a signalé qu’une position commune avec la France pouvait être trouvée d’ici l’échéance du 12 mai.

→ Ceux qui veulent le préserver

Des voix se sont levées suite aux déclarations du président américain. Tout d’abord le président iranien Hassan Rohani, qui a contesté ce mercredi un éventuel nouvel accord. "Ensemble, avec le chef d'un pays européen, ils disent: ‘Nous voulons décider pour un accord conclu à sept’. Pour quoi faire? De quel droit?", a-t-il questionné lors d’un discours à Tabriz.

"Vous n'êtes qu'un homme d'affaires [...] Vous n'avez aucune expérience en politique ni en matière de droit ou d'accords internationaux."
Hassan Rohani
président iranien

"Vous voulez dire comment cela devrait se passer dans les prochaines années. Dites-nous s'il vous plaît d'abord ce que vous avez fait au cours de deux dernières années", a ajouté Hassan Rohani, dont le pays accuse régulièrement les Occidentaux de manquer à leurs engagements. Le président iranien s’en est aussi pris à Trump: "Vous n'êtes qu'un homme d'affaires [...] Vous n'avez aucune expérience en politique ni en matière de droit ou d'accords internationaux."

Pour le Kremlin, l’accord actuel est "sans alternative". "Nous sommes pour que l’accord soit préservé dans son état actuel", a déclaré son porte-parole. Une position partagée par la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini: "Il y a un accord qui existe, il fonctionne, il doit être préservé."

Contrairement à Trump qui estime que l’accord sur le nucléaire iranien est trop faible et n’apporte pas de garanties suffisantes sur la durée, ses partisans assurent qu’il s’agit de la meilleure garantie pour empêcher que l’Iran se dote de la bombe atomique.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content