"Le commerce équitable devrait s'appeler commerce imbécile s'il n'est pas réciproque" (Trump)

©REUTERS

On savait que le sommet du G7 de ce week-end serait très difficile. De fait... La rencontre s'est terminée sur un fiasco après la volte-face du président américain Donald Trump, qui a retiré son soutien au communiqué final du sommet à la suite de déclarations de Trudeau.

Ce faut la mauvaise surprise du week-end. Samedi, dans l'avion qui l'emmenait à Singapour pour son sommet avec Kim Jong Un, Donald Trump a brusquement retiré son soutien au communiqué final du sommet du G7, qui s'était déroulé deux jours durant à La Malbaie (Québec, est du Canada). Malgré le compromis forgé de haute lutte sur les questions commerciales quelques heures auparavant.

©REUTERS

Les dirigeants du G7 avaient en effet réussi à signer samedi un texte de compromis sur le commerce, qui ne réglait pas le conflit actuel sur les droits de douane mais proposait de nouvelles négociations.

Mais donc, Donald Trump s'est désolidarisé à la surprise générale de ce communiqué final négocié de haute lutte, qualifiant l'hôte Justin Trudeau de "très malhonnête et faible" pour avoir jugé les tarifs américains "insultants".

Russie, Chine et Iran critiquent les occidentaux

Le président russe Vladimir Poutine a ironisé dimanche sur le "babillage inventif" des pays du G7, les appelant à "une vraie coopération".
"Je pense qu'il faut arrêter ce babillage inventif et se tourner vers les sujets concrets relevant d'une vraie coopération", a-t-il lors d'une visite en Chine.

Le président chinois Xi Jinping a dénoncé dimanche les politiques commerciales "égoïstes et à courte vue" et plaidé pour une économie mondiale ouverte.

Xi, qui s'exprimait lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï à Qingdao, n'a pas mentionné les Etats-Unis dans son discours, mais les deux premières puissances économiques de la planète sont engagées depuis des mois dans un conflit qui menace de dégénérer en guerre commerciale.

"Nous rejetons les politiques égoïstes, à courte vue, étroites, nous soutenons les règles de l'Organisation mondiale du commerce, nous soutenons un système commercial multilatéral et la construction d'une économie mondiale ouverte", a-t-il dit.

Le président iranien Hassan Rohani s'en est pris dimanche à "l'unilatéralisme" des Etats-Unis, illustré par la décision de Donald Trump de retirer son pays de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique.

"Les initiatives des Etats-Unis visant à imposer leurs politiques aux autres se développent au point de devenir une menace pour tous", a-t-il dit lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) à Qingdao, en Chine.


 "En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j'ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!" a tweeté Donald Trump depuis l'avion qui l'emmène du Canada vers Singapour.

Le cabinet de Justin Trudeau a répondu de façon laconique. "Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7." "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées avec le Président."

→ La France et l’Europe ont assuré maintenir leur soutien au communiqué final du G7.

Tweets en série

Et ce lundi, Donald Trump continue sur sa lancée, dans une série de tweets, ses critiques contre le Canada et son Premier ministre, Justin Trudeau, tout en menaçant les Européens de ne plus assurer leur sécurité s'ils n'augmentent pas leurs dépenses militaires et n'acceptent pas un rééquilibrage des échanges commerciaux avec les Etats-Unis.

→ Morceaux choisis:

"Les actes de Justin (Trudeau) font mal quand ils sont exprimés à voix haute"

"Le commerce équitable doit être appelé commerce imbécile s'il n'est pas réciproque"

"Les Etats-Unis paient la quasi totalité du coût de l'Otan - protégeant les mêmes pays qui nous volent sur le commerce." "On protège l'Europe (ce qui est bien) pour un coût financier élevé, et après on se fait matraquer injustement sur le commerce. Ça va changer!"

"L'Union européenne a un excédent commercial de 151 milliards de dollars (avec les Etats-Unis). Elle devrait payer bien plus pour sa sécurité."

Donald Trump a aussi justifié une nouvelle fois sa décision d'imposer des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium. "Pourquoi devrais-je, en tant que président des Etats-Unis, autoriser des pays à bénéficier d'énormes excédents commerciaux, comme c'est le cas depuis des décennies, alors que nos agriculteurs, nos ouvriers et nos contribuables doivent payer un prix si élevé et si injuste?"

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect