Publicité

Sans Nord Stream 2, l'UE n'obtiendra pas plus de gaz, prévient la Russie

Le gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 est prêt à fonctionner, mais nécessite l'autorisation des régulateurs européens. ©BELGAIMAGE

Moscou augmente la pression sur l'Allemagne et l'Union européenne pour qu'elles mettent en service le controversé gazoduc Nord Stream 2.

La Russie l'indique clairement: elle n'est disposée à fournir plus de gaz naturel à l'Union européenne que si elle obtient quelque chose en retour. Elle demande aux régulateurs allemands et européens d'autoriser l'utilisation du nouveau gazoduc controversé Nord Stream 2, selon des sources ayant des contacts étroits avec le géant gazier Gazprom et le gouvernement russe.

96
euros/MWh
Après l'avertissement de Moscou, le prix du gaz est passé brièvement de 93 à 96 euros/MWh avant de retomber.

"Nous ne pouvons pas sauter à la rescousse pour corriger les erreurs que nous n'avons pas commises, a déclaré Konstantin Kosachyov, un haut député russe, dans une interview à Bloomberg. Nous respectons tous nos contrats, toutes nos obligations. Tout ce qui vient s'ajouter à cela est soumis à des accords volontaires supplémentaires qui sont bénéfiques pour les deux parties."

Selon son opérateur, le nouveau gazoduc russo-allemand est rempli de gaz dit "technique" et peut commencer à fonctionner. Mais le transport effectif de gaz n'est pas possible tant que les régulateurs ne donnent pas leur autorisation.

Le prix du gaz brièvement en hausse

L'annonce intervient après la nouvelle hausse des prix du gaz. Elle fait suite aux informations selon lesquelles Gazprom n'a réservé qu'une partie limitée de sa capacité pour acheminer du gaz vers l'Union européenne via d'autres gazoducs. La banque d'investissement américaine Goldman Sachs a déclaré que Gazprom n'avait pas réservé de capacité supplémentaire pour les exportations de gaz via l'Ukraine pour le mois de novembre. La société a, en revanche, réservé 35% de la capacité des gazoducs pour les exportations à travers la Biélorussie et la Pologne.

Après l'avertissement de Moscou, le prix du gaz est passé brièvement de 93 à 96 euros/MWh avant de retomber. Lundi, il a fini à 89,5 euros/MWh.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés