Publicité
Publicité
analyse

Trump balaie la prévention contre le Covid pour sauver sa campagne

Le Président Trump a ôté son masque après son retour à la Maison-Blanche. Un geste critiqué, en pleine résurgence de la pandémie. ©AFP

Donald Trump s'est fendu d'une mise en scène hollywoodienne pour son retour à la Maison-Blanche. La stratégie de "l'homme invincible" pourrait redresser un temps sa popularité. Mais elle ruine la politique de prévention contre le Covid.

Premier plan. Marine One, l'hélicoptère présidentiel, atterrit, majestueux, sur la pelouse de la Maison-Blanche. En musique de fond, "Believe", un titre extrait de l'album "Epic Male Songs". Donald Trump sort de l'engin. Salue les Marines qui l'ont accompagné malgré sa contagiosité. Deuxième plan. Le président des États-Unis, en vue contre-plongée, retire son masque au balcon. Impérial et vainqueur. Suit une allocution à faire craquer les cœurs les plus endurcis. "N'ayez pas peur du coronavirus. Vous allez le battre!", lance-t-il, le débit à peine ralenti par son état.

Telles sont les images, visionnées par la planète entière, du retour du Président Trump, après trois jours passés à l'hôpital militaire Walter Reed, où il était soigné du Covid. Un scénario de super héros, taillé sur mesure, pour corriger l'image d'un Président malade, dégringolant dans les sondages depuis son débat télévisé avec son rival Joe Biden.

"N'ayez pas peur du coronavirus. Vous allez le battre!"
Donald Trump
Président des Etats-Unis

Sur une photo diffusée plus tard, on voit Trump attablé dans le Bureau ovale, sans masque, signer un document. À y regarder de près, le papier est vierge. La mise en scène continue.

Le candidat républicain va-t-il sortir gagnant de sa maladie? Sa contre-attaque hollywoodienne, un style dont raffole le public américain, pourrait redresser sa popularité. Les marchés financiers ont bien accueilli son retour, c'est un premier indice de reprise en main. Il y a urgence, car un sondage Reuters/Ipsos, réalisé après l'annonce de sa maladie, révèle une chute de 10 points face au candidat démocrate.

Un désastre sur le plan sanitaire

Les conséquences de cette communication pourraient être désastreuses sur le plan sanitaire. En pleine pandémie, le Président américain, toujours infecté par le coronavirus, invite les citoyens américains à la relâche. Apparaissant sans masque, dans la Maison-Blanche, où les cas de Covid commencent à pulluler, il affirme qu'il a "montré l'exemple". "Ne laissez pas le Covid contrôler votre vie", a-t-il lâché. "Allez dire cela aux 205.000 familles qui ont perdu quelqu'un", a répliqué Biden, en colère.

Le message a fait le tour du monde, alors que plus d'un million de personnes sont mortes du Covid dans le monde et que les États-Unis présentent, suite au déni initial de la pandémie, le niveau le plus élevé de morts par habitant.

"Allez dire cela aux 205.000 familles qui ont perdu quelqu'un."
Joe Biden
Candidat démocrate à la présidentielle américaine

"Nous allons le battre, nous avons le meilleur équipement", a ajouté Trump. Pourtant, il n'est pas encore guéri de la maladie. Son taux d'oxygène a chuté deux fois durant le week-end. Il a reçu un cocktail expérimental, et de la désoxymétasone, un corticoïde provoquant des effets psychotropes. Et surtout, il a été soigné 24 heures sur 24, par une armée de médecins, dans l'hôpital le mieux équipé du monde. Difficile de soutenir la comparaison avec les soins auxquels les Américains ont accès.

L'impact de la maladie de Donald Trump sur sa campagne est encore inconnu. Son porte-parole a annoncé que le candidat républicain débattrait contre Joe Biden la semaine prochaine. Le risque est important. Sa quarantaine n'est pas terminée, et on ignore s'il sera guéri. Ses médecins ne donnent aucun détail sur l'évolution de son état de santé, un mystère qui agace la presse américaine. Biden et Trump, deux septuagénaires, une tranche d'âge des plus exposées au virus, vont se retrouver dans la même pièce.

Le scénario du "Président invincible" ruine la communication des mesures de protection mises en oeuvre dans le monde, à un moment où le virus reprend de la vigueur. Si cette stratégie se poursuit durant un mois, le public américain pourrait s'en inquiéter. Et elle pourrait se retourner contre Donald Trump.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés