Un kamikaze tue plus de 60 civils lors d'un mariage en Afghanistan

©REUTERS

L'attentat, le plus meutrier contre des civils depuis le début de l'année, intervient alors que la population afghane espère un accord rapide entre talibans et Américains.

Un attentat kamikaze a fait au moins 63 personnes et en a blessé 182 samedi soir lors des festivités autour d'un mariage à Kaboul.

L'attentat, revendiqué par le groupe Etat Islamique, est le plus meurtrier visant des civils depuis le début de l'année en Afghanistan.

Les talibans, qui livrent une guerre d'insurrection depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, ont nié dimanche matin toute implication.

Les mariages en Afghanistan réunissent de très nombreux invités dans de grands complexes en périphérie des villes, où sont servis les repas et où hommes et femmes, généralement séparés dans deux salles différentes, dansent au son d'un groupe de musique.

Selon un participant, interviewé par la télévision locale, quelque 1.200 invités participaient aux célébrations. Il est commun en Afghanistan qu'un seul mariage réunisse plusieurs centaines d'invités.

Des enterrements ont été immédiatement organisés dans les cimetières de la ville, selon des images de la télévision locale montrant des proches mettant en terre 14 membres d'une même famille.

Un crime contre l'humanité

Le chef de cabinet des services secrets afghans, Rafi Fazil, a qualifié l'attentat de "crime contre l'humanité".

L'attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu'un accord pourrait être imminent, mais certains points restent à régler.

L'envoyé spécial Zalmay Khalilzad, à la tête de l'équipe de négociation américaine, pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les négociations.

Le président américain Donald Trump s'est, lui, félicité de la "très bonne réunion" sur l'Afghanistan qu'il a tenue vendredi avec ses plus proches conseillers et ministres.

"Beaucoup dans le camp opposé de cette guerre vieille de 19 ans, et nous-mêmes, envisagent de conclure un accord - si possible!", a tweeté M. Trump.

L'accord porterait sur un retrait progressif des 14.000 soldats américains en échange de plusieurs engagements relatifs à la sécurité, en particulier celui que les miliciens islamistes, qui ont longtemps hébergé Al-Qaïda, ne permettraient pas que l'Afghanistan redevienne un abri pour les jihadistes. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect