Publicité
Publicité

Worldskills: Charleroi retient son souffle au Brésil

©worldskills.org

Charleroi croise les doigts. À quelques heures de la désignation de la ville hôte pour l’organisation du Mondial des métiers en 2019, la tension monte.

C’est depuis São Paulo au Brésil, où la compétition a lieu cette année, que les délégués des 70 pays membres de l’organisation WorldSkills International désigneront l’heureux élu. Les carolos jouent serré. Face à eux, on trouve deux poids lourds: Paris et la Russe Kazan. Outsider, Charleroi a pourtant toutes ses chances de l’emporter. "Charleroi est une petite ville mais cela peut être un argument auprès des petits pays qui n’ont pas forcément envie de voir l’organisation du concours trustée chaque année par les grandes métropoles comme São Paulo ou Abu Dhabi", estime Sophie Paczkowski, directrice du projet de WorldSkills Charleroi 2019.

20’ top chrono

©Mediafin

Après un intense lobbying mené auprès des délégués par l’ancien patron de l’Awex Philippe Suinen durant toute la campagne de préparation et la mise en alerte des représentations diplomatiques belges chargées par le ministre Reynders de promouvoir la candidature des carolos, tous les espoirs reposent sur le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette. Lundi, l’homme fort de Wallonie aura 20 minutes pour convaincre l’ensemble des délégués. D’ici cette ultime étape brésilienne, le team se prépare. "Il y a une répétition dimanche dans les conditions du réel à São Paulo et lundi, nous avons encore prévu de nous entraîner avant la présentation".

Charleroi attend beaucoup de cet événement. Pendant quatre jours, près de 1.300 candidats en provenance de 68 pays s’affronteront autour de 46 métiers en compétition. Selon une étude chargée de calculer l’impact économique d’un tel événement, réalisée par le consultant Comase, Charleroi devrait attirer plus de 201.000 visiteurs. Même si le public scolaire en provenance des écoles de la région sera majoritaire (environ 100.000 visiteurs) et peu dépensier, les organisateurs tablent sur 20,7 millions d’euros de dépenses pendant le concours. "On estime qu’environ 22.300 personnes vont devoir se loger dans la région. Cela représente 88.000 nuitées qu’il faudra répartir entre Charleroi et ses environs", calcule Pierre Francaux, administrateur-délégué de Comase.

39 millions et 384 emplois

Au niveau des retombées économiques, l’événement aura un impact financier sur l’ensemble de la Wallonie. L’étude de Comase parie sur un gain de 28 millions sur la région de Charleroi Sud Hainaut et plus globalement de 39,3 millions sur la Wallonie. C’est principalement le secteur horeca qui bénéficiera de ces retombées, suivi par les entreprises de construction dont les matériaux seront utilisés par les compétiteurs.

La ville de Charleroi défend lundi à São Paulo sa candidature pour l’organisation du WorldSkills en 2019.

En cas de victoire face à Paris et Kazan, la métropole carolorégienne bénéficiera d’importantes retombées économiques.

En termes d’emplois, le WorldSkills permettra de créer 194 emplois directs à Charleroi (sur une base annuelle) et plus globalement 281 emplois sur l’ensemble de la Wallonie, soit environ 222 équivalents temps plein. "Les chiffres sont donnés sur une base annuelle. Cela signifie qu’il y aura plus d’emplois créés au moment de l’événement", précise Pierre Francaux. Comase chiffre également à 103 le nombre d’emplois indirects créés sur base annuelle.

À côté, les organisateurs misent sur un autre effet retour. Un héritage stratégique! "Derrière cette candidature, notre objectif est de promouvoir les métiers techniques auprès des jeunes de Wallonie. Cet événement est une formidable vitrine", insiste Sophie Paczkowski. La Région wallonne veut profiter du WorldSkills à Charleroi pour booster les inscriptions dans l’enseignement technique. Les écoles seront d’ailleurs fortement invitées à venir encourager les jeunes participants. "Les inscriptions dans l’enseignement qualifiant sur la région de Charleroi devraient progresser de 10% suite à l’événement, soit plus de 1.000 élèves", estime Pierre Francaux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés