21 morts dans l'attaque d'une université au Pakistan

©EPA

Un groupe d'hommes armés a fait irruption et ouvert le feu mercredi dans une université du nord-ouest du Pakistan. L'attaque a fait 21 victimes et a été revendiquée par les talibans.

Des assaillants armés non identifiés ont attaqué mercredi une université dans le nord-ouest du Pakistan. "Le bilan de l'attaque terroriste est passé à 21" tués, a indiqué le chef de la police régionale, Saeed Wazir, revoyant nettement à la hausse un précédant bilan de 12 morts. Il n'a pas précisé si les quatre assaillants que l'armée avait auparavant indiqué avoir tués figuraient parmi les morts. 

©Mediafin

"L'opération est terminée, les recherches sont en cours dans la zone qui est en train d'être dégagée par la police et les forces de sécurité", a-t-il ajouté.

L'université de Bacha Khan se situe à Charsadda, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Peshawar où pullulent les groupes extrémistes armés. L'attaque a d'ailleurs été revendiquée par le mouvement des talibans pakistanais. "Nos quatre kamikazes ont mené l'attaque contre l'université de Bacha Khan aujourd'hui", a déclaré par téléphone un commandant des insurgés.

"Tous les étudiants qui se trouvaient dans les dortoirs ont été évacués, mais des assaillants se cachent toujours dans différents lieux du campus et des étudiants et des membres du personnel sont pris au piège."
Général Wazir
Responsable de la police

Des chaînes de télévisions diffusaient des images montrant des étudiantes fuyant le campus, et les routes de Charsadda bloquées par l'arrivée des forces de sécurité se précipitant vers les lieux. L'université a été bouclée, a indiqué Nasir Durrani, le chef de la police de la province de Khyber Pakhtunkhwa, dont Peshawar est la capitale. La police a déployé des véhicules blindés. L'opération a pris fin dans la matinée.

Rappel du massacre de Peshawar

Le pire attentat du pays a été perpétré il y a un peu plus d'un an dans une école de Peshawar, prise d'assaut par des talibans qui avaient massacré de sang froid plus de 150 personnes, en majorité des écoliers, lors d'une offensive de plusieurs heures.

©REUTERS

Cette attaque, qui a traumatisé un pays déjà secoué par une décennie de violences, a déclenché une campagne contre l'extrémisme au Pakistan, où l'armée a intensifié son offensive contre les groupes armés dans les zones tribales où ils opéraient auparavant en toute impunité.

En conséquence, le nombre d'attentats a nettement baissé en 2015. Mardi néanmoins, un attentat suicide à la périphérie de Peshawar a coûté la vie à 10 personnes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés