Publicité
Publicité

À Jérusalem, la guerre immobilière fait des victimes

Le gardien des clefs du Saint-Sépulcre, issu d’une grande famille arabe musulmane, est accusé d’avoir vendu sa maison de la vieille ville de Jérusalem à des juifs israéliens. Dans la bataille immobilière qui fait rage dans la ville trois fois sainte, il n’est pire trahison pour un Palestinien que de vendre à "l’ennemi".