Publicité
Publicité

Bachar el-Assad candidat à sa succession comme "homme de la reconstruction"

Bachar el-Assad se représente pour un quatrième mandat à la présidentielle en Syrie. ©AFP

Ce mercredi 26 mai aura lieu l'élection présidentielle en Syrie. Après cinq décennies de dynastie Assad, les résultats de l'élection de 2021 ne devraient pas se distinguer de ceux des autres années.

Ce mercredi, les Syriens se rendent aux urnes pour décider de la personnalité qui dirigera leur pays au cours des sept prochaines années. Il s'agit en réalité pour le président sortant Bachar el-Assad de s'offrir un semblant de légitimité à la fois dans son pays et à l’étranger.

Aux dernières élections de 2014, l’autocrate syrien a obtenu 89% des voix, selon les résultats officiels. Ce mercredi, "Assad est sur le point d'être l'ancien et le prochain président de la Syrie", résume Nicholas Heras, expert du Newlines Institute à Washington.

La famille Assad est au pouvoir depuis 1970 en Syrie. Bachar a succédé à son père, Hafez, après la mort de ce dernier en 2000. Ophtalmologue installé à Londres, Bachar el-Assad prétendait vouloir apporter une véritable réforme politique au pays, mais il a fini par lui infliger encore plus de brutalité que son père. Les manifestations du printemps arabe en 2011 ont été accueillies avec une extrême violence par l'État policier et se sont transformées en une guerre civile complexe et inextricable.

"La campagne de Bachar met l'emphase sur son rôle d'homme qui a gagné la guerre, qui a de grandes idées pour la reconstruction."
Nicholas Heras
Expert du Newlines Institute, Washington

La campagne électorale de cette année a commencé il y a une semaine. C’est la Cour constitutionnelle suprême de Syrie qui a sélectionné trois personnalités sur les 51 candidats potentiels pour figurer sur les bulletins de vote: Abdullah Salloum Abdullah, un ancien membre de l'autorité législative syrienne, Mahmoud Ahmad Mareï, qui participe aux pourparlers de paix parrainés par l'ONU à Genève, et Bachar el-Assad lui-même.

Il s'agit de la deuxième élection présidentielle organisée pendant la guerre civile. Le précédent scrutin de 2014, qualifié d'antidémocratique et d'illégitime par les opposants syriens ainsi que par les États-Unis et l'Union européenne, avait vu M. Assad remporter 89% des voix.

En 2014, c'était également la première fois depuis des décennies qu'une personne autre qu'un membre de la famille Assad était autorisé à se présenter à la présidentielle en Syrie. Mais les deux autres candidats n'étaient pas très connus et n'ont reçu que peu de publicité.

"L’homme de la reconstruction"

"La campagne de Bachar met l'emphase sur son rôle d'homme qui a gagné la guerre, qui a de grandes idées pour la reconstruction, le seul capable d'instaurer l'ordre après le chaos", explique Nicholas Heras, du Newlines Institute à Washington. Alors qu'Assad est sûr de remporter un quatrième mandat de sept ans, les trois candidats se sont engagés à réparer l'économie, qui s'est effondrée l'année dernière sous le poids de la guerre, des sanctions et du Covid-19. Abdullah a également fait la promesse audacieuse de s'attaquer à la corruption, qui est systémique en Syrie.

90%
90% des personnes vivant dans les zones controlées par le régime vivent dans une grande pauvreté, selon l'ONU.

Dans sa campagne électorale, le président syrien de 55 ans se dit "l’homme de la reconstruction". Son slogan est "l’espoir par le travail". Dans sa vidéo de campagne, des images montrent des explosions et des habitants qui fuient des quartiers dévastés; la vidéo se termine par son plan de reconstruction. Il le représente avec des instituteurs qui rebouchent des trous d’obus dans leurs classes, une scierie qui reprend son service ou encore un agriculteur dans son champ.  

Après dix ans de conflit dévastateur, le pays est aujourd’hui en totale faillite et les infrastructures sont ravagées par la guerre. À cela s’ajoute la dépréciation historique de la livre syrienne, au début de 2020. Selon l’ONU, 90% des personnes vivant dans les zones contrôlées par le régime vivent désormais dans une grande pauvreté.

Le résumé

  • Ce mercredi 26 mai aura lieu la présidentielle en Syrie. Bachar el-Assad est toujours candidat.
  • Il s’agit des deuxièmes élections pendant la guerre civile.
  • L’actuel président de la Syrie se dit être "l’homme de la reconstruction".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés