Crash dans le Sinaï: "un événement catastrophique en vol"

©Photo News

Des images satellite américaines excluent l'hypothèse d'un missile comme cause de l'accident qui a causé le crash d'un avion russe en Egypte samedi passé.

Les enquêteurs ont commencé mardi à analyser le contenu des boîtes noires de l'Airbus russe qui s'est écrasé ce week-end dans le Sinaï en Egypte pour tenter de déterminer si son crash a été provoqué par un accident ou un attentat.

Selon des sources égyptiennes, des bruits inhabituels dans le cockpit ont été entendus juste avant le crash.

Des images satellite américaines excluent que l'avion ait été frappé par un missile. Les images infrarouges transmises par un satellite américain montrent en effet un flash alors que l'appareil survole le territoire égyptien. Les analystes estiment qu'il pourrait s'agir d'une explosion, depuis le réservoir de kérosène ou à la suite de la détonation d'une bombe à bord de l'appareil.

Un satellite militaire américain a détecté un "flash de chaleur" provenant de l'Airbus au moment du drame, qui "suggère qu'un événement catastrophique - y compris peut-être une bombe - s'est produit en vol", a affirmé mardi la chaîne de télévision CNN citant un responsable américain anonyme.

©Photo News

Mais aucun élément ne va dans le sens d'un projectile tiré depuis le sol. Une version des faits que semble soutenir James Clapper, le chef du renseignement américain, pour qui rien n'indique qu'un missile soit à l'origine du drame. Celui-ci a cependant ajouté qu'il était encore trop tôt pour exclure la responsabilité de l'organisation Etat islamique, qui a revendiqué l'attaque contre l'aéronefTant les Russes que les Américains ont confessé leur ignorance sur l'implication éventuelle des djihadistes.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a fustigé la "propagande" du groupe Etat islamique (EI), qui affirme être responsable du crash de l'avion russe dans le Sinaï, bastion de la branche locale de l'EI. "Il y a cette propagande selon laquelle (l'avion) s'est écrasé à cause de Daech, c'est une manière de nuire à la stabilité et la sécurité de l'Egypte ainsi qu'à son image", a poursuivi le président Sissi.

L'enquête commence à peine

L'examen des boites noires commence à peine et la procédure pourrait durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Metrojet, la compagnie russe exploitant l'appareil, a assuré lundi que seul un facteur "extérieur", qu'elle n'a pas précisé, peut expliquer le crash, rejetant la possibilité d'"une défaillance technique ou une erreur de pilotage" et soulignant l'"excellent état" de l'avion.

©Photo News

L'Airbus A321-200 s'était écrasé samedi à l'aube dans le Sinaï, 23 minutes après avoir décollé de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh pour Saint-Pétersbourg. Le contact a été perdu alors qu'il volait à plus de 9.000 mètres, son altitude de croisière. Le crash a causé la mort des 224 passagers. Les familles des victimes ont commencé à identifier les 140 corps qui ont été retrouvés pour le moment.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés