Des dizaines de milliers de personnes manifestent au Yémen

©REUTERS

Les échecs dans les négociations au Yémen, rongé par la guerre civile, a poussé la population dans les rues de Sanaa, la capitale yéménite.

Les manifestants protestent aussi contre les attaques de la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite qui ne dispose pas de mandat de l'ONU.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans la capitale yéménite Sanaa pour réclamer un conseil de gouvernement formé par des rebelles Houthi. Ils affichaient des drapeaux du Yémen et criaient des slogans en soutien au "Conseil supérieur", installé le mois passé par les Houthis.

Le président du mouvement Houthi Saleh al-Samad a déclaré à la foule que le conseil allait former "dans les prochains jours" un nouveau gouvernement. Cela va encore troubler les perspectives de paix dans un pays ravagé par la guerre civile et après le récent échec des négociations. Les Houthis contrôlent une grande partie du nord du pays.

©REUTERS

Les manifestants ont également protesté à Sanaa contre les attaques aériennes de la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, qui ne dispose pas de mandat des Nations Unies. Cette coalition arabe soutient le gouvernement reconnu internationalement du président Abed Rabbo Mansur Hadi et bombarde les positions des rebelles chiites Houthi depuis mars 2015.

Lors des attaques, qui touchent également des fêtes de mariage et des hôpitaux, beaucoup de civils ont perdu la vie.

Tensions avec l'Arabie saoudite

Un civil saoudien a été tué et six résidents étrangers blessés samedi par des tirs de roquettes de rebelles yéménites sur la ville frontalière saoudienne de Najrane, a indiqué la défense civile saoudienne.

La défense civile, citée par la télévision d'Etat saoudienne Al-Ekhbariya a précisé que les blessés sont cinq Yéménites et un Pakistanais.
Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux a montré deux bâtiments touchés par les tirs et en feu au centre de Najrane.

Les tirs de roquettes sur les villes frontalières saoudiennes se sont intensifiés depuis la reprise, le 9 août, des bombardements de la coalition arabe anti-rebelles conduite par l'Arabie saoudite au Yémen, après l'échec de négociations de paix tenues au Koweït.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés