Israël pilonne Gaza après des tirs de roquettes vers Tel-Aviv

©REUTERS

L'armée israélienne a frappé des dizaines de positions du mouvement islamiste Hamas qui gouverne la bande de Gaza, en représailles à des tirs de roquettes en provenance de l'enclave.

Israël a riposté lourdement ce vendredi à des tirs de roquettes de la bande de Gaza vers son territoire, notamment vers la capitale économique Tel-Aviv, en pilonnant des dizaines de positions du mouvement islamiste palestinien Hamas, dans une période à hauts risques.

Les avions de combat et les hélicoptères d'attaque ont conduit aux premières heures du jour une centaine de frappes contre des positions du Hamas qui gouverne le territoire, dont un important site de fabrication de roquettes et un complexe d'où le Hamas dirige ses activités en Cisjordanie occupée, autre territoire palestinien distant de quelques dizaines de kilomètres de Gaza.

 

 

Jeudi soir, deux roquettes avaient été tirées depuis la bande Gaza sur la région de Tel Aviv. C'est la première fois depuis 2014 que des roquettes étaient tirées sur la ville. 

L'agglomération de Tel-Aviv se trouve à 70 km au nord de la bande de Gaza, contrôlé par le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Ces actes d'hostilités et la lourde réponse israélienne sont la dernière manifestation des tensions persistantes entre Israël et les groupes armés palestiniens, qui ont frôlé un nouveau conflit en 2018 après trois guerres depuis 2008. Elles interviennent dans un environnement hautement volatil, où le cessez-le-feu observé de part et d'autre demeure fragile, et où Israël est en pleine campagne électorale. 

 

Face à cette situation, les organisateurs de la "marche du retour", un mouvement de protestation hebdomadaire contre le blocus israélien et pour le retour des réfugiés palestiniens, ont annoncé que cette mobilisation est "reportée". 

A savoir

Israël et les groupes armés palestiniens de Gaza observent un cessez-le-feu maintes fois mis en cause depuis la guerre de 2014. Depuis le 30 mars 2018, Gaza est le théâtre d'une mobilisation, souvent accompagnée de violences, qui voit tous les vendredis des milliers de Palestiniens protester le long de la frontière israélienne, notamment contre le blocus imposé depuis plus de dix ans par l'Etat hébreu.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content