Frappes israéliennes sur Gaza, tirs de roquettes vers Israël

Les Palestiniens ont protesté, mardi, contre la signature d'un accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn. ©Photo News

Après les "shalom" et les "salam" à la Maison-Blanche entre Israël et deux pays arabes du Golfe, l'État hébreu s'est réveillé mercredi sous un "barrage" de roquettes depuis le territoire palestinien de la bande de Gaza, théâtre aussi de frappes de représailles israéliennes.

Des premières roquettes avaient été tirées mardi soir vers Israël, à l'occasion de la signature à Washington des accords de normalisation des relations de l'État hébreu avec les Émirats arabes unis et Bahreïn. De nouveaux échanges de feu ont eu lieu mercredi matin.

"Je ne suis pas surpris que des terroristes palestiniens aient tiré sur Israël juste au moment de cette cérémonie historique. Ils veulent empêcher la paix, mais ils n'y parviendront pas", a déclaré le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. La branche armée du Hamas, au pouvoir à Gaza, a mis en garde Israël contre toute escalade: "la force d'occupation va payer le prix de toute agression".

Mais le Hamas et Israël "ne veulent pas d'escalade", estime Hussam al-Dajani, professeur de science politique à l'Université islamique de Gaza. D'un côté, le Hamas veut se concentrer sur la mobilisation "populaire" et non armée pour contrer la normalisation, avec à la clé des rapprochements possibles avec d'autres factions palestiniennes, et de l'autre l'État hébreu ne veut pas "gâcher" la célébration des accords et cherche à se concentrer sur des "crises internes", comme celle du coronavirus, dit-il à l'AFP.

"Il n'y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l'occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien", avait affirmé le Président palestinien, Mahmoud Abbas, qui siège à Ramallah en Cisjordanie occupée, territoire séparé de la bande de Gaza.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés