Publicité
Publicité

Gaza: le Hamas et Israël conviennent d'une trêve à compter de ce vendredi

Des sauveteurs s'activent dans les décombres d'immeubles frappés lors d'une attaque israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, ce jeudi. ©Photo News

Israël et le Hamas ont annoncé jeudi avoir approuvé un accord de cessez-le-feu visant à mettre fin à plus de dix jours d'affrontements meurtriers.

Israël et le groupe armé palestinien du Hamas ont débuté, ce vendredi à 2h, une trêve dans la bande de Gaza. Les deux camps l'ont annoncée jeudi soir. Le cabinet de sécurité israélien a indiqué avoir voté à l'unanimité en faveur d'une trêve "mutuelle et inconditionnelle" à Gaza sur proposition de l'Egypte, qui a œuvré en médiateur.

Ce cessez-le-feu laisse entrevoir une issue au conflit sans précédent depuis plusieurs années qui a éclaté le 10 mai. Les combats ont fait plus de 240 morts, dont une majorité de Palestiniens.

Mercredi, le président américain Joe Biden avait exhorté le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'œuvrer à une désescalade, sur fond de tentatives de médiation de l'Égypte, du Qatar et des Nations unies. Joe Biden a estimé que ce cessez-le-feu représentait "une vraie opportunité" d'avancer vers la paix. "Je suis convaincu que les Palestiniens et les Israéliens méritent, les uns comme les autres, de vivre en sécurité et de jouir d'un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie", a-t-il déclaré jeudi depuis la Maison Blanche.

"Mon administration poursuivra ses efforts diplomatiques discrets mais déterminés pour aller vers cet objectif", a-t-il poursuivi. "Je suis convaincu que nous avons une vraie opportunité d'avancer et je m'engage à travailler en ce sens." De son côté, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient "dans les prochains jours" afin de rencontrer son homologue israélien mais aussi "d'autres responsables israéliens, palestiniens et régionaux", a-t-il annoncé sur Twitter.

"L'euphorie de la victoire" du Hamas

Un représentant du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, a confirmé dans la foulée de l'annonce que le cessez-le-feu serait "mutuel et simultané". Vendredi, il a revendiqué la "victoire" dans sa confrontation armée avec Israël, a affirmé un haut responsable du mouvement devant des milliers de personnes réunies pour des manifestations de joie à Gaza City, après l'entrée en vigueur de la trêve.

"Ceci est l'euphorie de la victoire", a lancé Khalil al-Hayya, numéro deux du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, lors d'un discours devant des manifestants en liesse, promettant en outre de "reconstruire" les maisons détruites par les frappes israéliennes. Quelque 90 minutes avant l'entrée en vigueur de cette trêve, des habitants de la bande de Gaza faisaient toujours état de bombardements et des sirènes d'alarme prévenaient toujours des habitants du sud d'Israël de tirs de roquettes. Mais le calme était revenu ce vendredi matin dans la bande de Gaza et en Israël.

Après l'appel du président américain Joe Biden en faveur d'une "désescalade" immédiate et le refus de Washington de soutenir une résolution de la France à l'ONU, l'Allemagne est à son tour entrée en scène ce jeudi.

Réunion au Qatar

La poursuite des tirs israéliens et palestiniens est "inacceptable", avait affirmé ce jeudi devant l'Assemblée générale de l'ONU son secrétaire général Antonio Guterres, estimant que "les affrontements devaient cesser immédiatement". Après l'appel du président américain Joe Biden en faveur d'une "désescalade" immédiate et le refus de Washington de soutenir une résolution de la France à l'ONU, l'Allemagne est à son tour entrée en scène jeudi. Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas s'est rendu en Israël, où il a visité jeudi des sites touchés. Il a soutenu que les frappes israéliennes sur Gaza relevaient du "droit à l'autodéfense", tout en appelant à une cessation rapide des hostilités.

L'Egypte, voisine de Gaza, et le Qatar, émirat proche de la mouvance des Frères musulmans dans laquelle s'inscrit le Hamas, s'est donc également activée pour favoriser une trêve. L'émissaire onusien pour le Proche-Orient Tor Wennesland se trouve justement au Qatar, où il s'est entretenu ce jeudi avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés