Israël : vers l'inculpation d'Ehud Olmert pour un scandale immobilier

Ehud Olmert est souçonné d'avoir touché des pots-de-vin pour favoriser un grand projet immobilier à Jérusalem. Il nie les faits.

La police israélienne a recommandé lundi l'inculpation pour corruption de l'ancien Premier ministre Ehud Olmert, impliqué dans l'affaire dite du "Holyland", un énorme scandale immobilier à Jérusalem, ont annoncé les médias.

Outre la demande d'inculpation de l'ancien Premier ministre, la police a également recommandé l'inculpation de 13 personnes, dont l'ancienne directrice du bureau de Ehud Olmert, Shula Zaken, ainsi que l'ex-maire de Jérusalem Uri Lupolianski et Danny Dankner, l'ancien directeur général de la Hapoalim, la plus grande banque israélienne.

Tous sont soupçonnés d'avoir touché ou d'avoir versé des pots de vin pour promouvoir ce projet immobilier. Ils sont également suspectés de faux et usage de faux et d'abus de confiance, ont ajouté les médias.

C'est désormais au bureau du procureur de décider s'il suit les recommandations de la police et engage une procédure judiciaires contres les personnes impliquées.

Le porte-parole de M. Olmert, Amir Dan a critiqué la police qui après "près d'un an d'efforts intensifs n'a pas le courage de clore ce dossier". Selon lui, M. Olmert n'a "jamais reçu ou demandé de pots de vin".

M. Olmert a été interrogé à plusieurs reprises par la police ces derniers mois sur cette affaire, notamment par les enquêteurs de la brigade anti-fraudes.

D'après les médias, il est soupçonné d'avoir reçu un pot-de-vin de 3,5 millions de shekels (700.000 euros) pour donner son feu vert au projet "Holyland", un gigantesque complexe immobilier à Jérusalem, lorsqu'il était maire de la Ville sainte (1993-2003).

L'ancien Premier ministre a rejeté ces accusations, affirmant n'avoir autorisé qu'un projet initial beaucoup plus modeste.

Ehud Olmert, 64 ans, est par ailleurs jugé depuis septembre 2009 pour trois autres affaires remontant à l'époque où il était maire de Jérusalem puis ministre de l'Industrie et du Commerce (2003-2006).

Ancien dirigeant du parti centriste Kadima, il avait dû démissionner de ses fonctions de chef du gouvernement le 21 septembre 2008 après que la police eut recommandé son inculpation.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés