L'Iran critique les forces étrangères présentes dans le Golfe

Hassan Rohani, président iranien ©AFP

Le président iranien Hassan Rohani n'apprécie pas l'envoi de troupes américaines dans la région du golfe Persique, estimant que cela accroît l'insécurité.

La présence de force étrangères dans le Golfe accroît l'"insécurité", a affirmé ce dimanche le président iranien Hassan Rohani après l'annonce de l'envoi de renforts de troupes américaines dans la région. "Votre présence a toujours apporté douleur et malheur dans la région", a-t-il lancé à l'attention de "ceux qui veulent tenir l'Iran pour responsable" des maux de la région.

"Plus vous vous tiendrez éloignés de notre région, plus celle-ci connaîtra la sécurité", a encore déclaré Hassan Rohani dans une allocution à l'ouverture d'un défilé militaire à Téhéran et retransmise en direct par la télévision d'Etat. "De notre point de vue, la sécurité du golfe Persique vient de l'intérieur. La sécurité du golfe Persique est endogène, la sécurité du détroit d'Ormuz est endogène. Les forces étrangères sont source de problème et d'insécurité pour notre peuple et pour la région".

"Les forces étrangères sont source de problème et d'insécurité pour notre peuple et pour la région"
Hassan Rohani
président iranien

Un plan de coopération régionale

Le président iranien a par ailleurs indiqué une nouvelle fois que son pays tendait "la main de l'amitié et de la fraternité" aux autres pays riverains du Golfe. Il a annoncé que l'Iran présenterait "dans les prochains jours" à l'ONU un plan de coopération régionale, baptisé "Espoir", destiné à assurer la sécurité "du golfe Persique, du détroit d'Ormuz et de la mer d'Oman" entre pays riverains. La région vit un "moment sensible et d'une importance historique", a-t-il dit.

Faisant allusions aux riverains arabes du Golfe avec lesquels les relations de l'Iran sont particulièrement tendues, comme l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis, Hassan Rohani a ajouté : "Nous sommes même prêts à ne pas tenir compte de leurs erreurs passées, car aujourd'hui la situation est telle que les ennemis de l'islam et de la région, c'est-à-dire l'Amérique et le Sionisme veulent faire un mauvais usage de nos divisions".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect