La Belgique pourrait participer à l'aide humanitaire en Irak

Didier Reynders et son homologue français Laurent Fabius, lors de la réunion des ministres européens des affaires étrangères, vendredi à Bruxelles ©EPA

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders n'exclut pas non plus une aide militaire

La Belgique pourrait participer avec des avions de transport militaires C-130 Hercules à l'acheminement d'aide humanitaire à la population irakienne victime des jihadistes de l'Etat islamique (EI), voire à la livraison d'équipements militaires offerts par d'autres pays aux combattants kurdes, a affirmé vendredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

Les chefs de la diplomatie des 28 pays de l'Union européenne, réunis en urgence à Bruxelles, sont parvenus vendredi à une position commune sur la livraison d'armes aux combattants kurdes en Irak, tout en appelant à la formation rapide d'un gouvernement irakien d'union. Ils se sont ainsi "félicité de la décision d'Etats membres de répondre positivement à l'appel lancé par les autorités régionales kurdes à fournir d'urgence de l'équipement militaire" selon les conclusions adoptées à l'unanimité.

La décision de livrer des armes revient toutefois à chaque Etat membre "avec le consentement des autorités nationales irakiennes", c'est-à-dire le gouvernement de Bagdad, souligne le texte.

Selon Didier Reynders, les demandes actuellement formulées par les Kurdes irakiens portent sur des munitions pour des armes d'origine russe - que la Belgique ne possède pas.

Avions militaires

Des avions militaires belges pourraient toutefois participer à l'acheminement de l'aide humanitaire à destination de "l'ensemble de la population irakienne" en difficulté avec un financement européen, a-t-il déclaré à Belga, en mentionnant l'agence humanitaire de l'UE, ECHO.

La Commission européenne a débloqué mardi cinq millions d'euros supplémentaires afin de venir en aide aux populations déplacées en Irak, portant son aide totale à 17 millions d'euros pour 2014.

L'UE envisage de mettre sur pied un pont aérien vers le nord de l'Irak, alors que plusieurs Etats-membres sont déjà présents à

Selon M. Reynders, la Belgique pourrait aussi contribuer à la livraison d'équipements militaires fournis par d'autres pays, voire à la formation des combattants kurdes qui affrontent les jihadistes de l'EI.

"On ne peut appuyer les Etats-Unis (qui se sont fortement engagés pour contrer l'avancée de l'EI, bombardant depuis une semaine des positions des jihadistes et dépêchant des conseillers supplémentaires pour encadrer les armées locales, ndlr) et se refuser à livrer des équipements", a déclaré le chef de la diplomatie belge.

Dans leurs conclusions, les ministres des Affaires étrangères européens affirment "soutenir les efforts des Etats-Unis et des autorités irakiennes tant nationales que locales dans leur combat contre l'EI "au nom de la lutte en commun contre le terrorisme".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés