La Commission veut aider le pakistan en supprimant les droits de douane

La Commission européenne a proposé jeudi de suspendre les droits de douane pendant trois ans sur l'importation de 75 types de produits en provenance du Pakistan, essentiellement textiles, afin d'aider le pays après les inondations.

Les mesures proposées "libéraliseraient 75 lignes tarifaires pour des importations en provenance du Pakistan, représentant 27% des importations actuelles de l'UE en provenance du Pakistan", a indiqué Bruxelles dans un communiqué.

Il s'agit essentiellement de produits textiles, mais aussi d'autres produits industriels comme l'étanol.

Ces suspensions temporaires de droits de douane augmenteraient d'environ 100 millions d'euros par an les importations de l'UE en provenance du Pakistan, a précisé la Commission.

La décision finale revient au Parlement européen et aux gouvernements de l'UE, à qui cette proposition sera présentée "dans les jours qui viennent", a-t-elle ajouté.

"Nous espérons que cela pourra passer en première lecture (au Parlement), ce qui voudrait dire que cette mesure pourrait être mise en oeuvre d'ici au 1er janvier de l'année prochaine", a précisé le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht, lors d'une conférence de presse.

La Commission devra cependant aussi demander une dérogation aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dont les membres devront donner leur autorisation. Elle le fera une fois le feu vert européen obtenu.

"Je pense que c'est une proposition courageuse, et nous essaierons de la faire passer à l'OMC", a indiqué M. De Gucht.

Les Etats de l'UE s'étaient mis d'accord à la mi-septembre sur le principe d'une baisse des droits de douanes de l'UE pour favoriser les exportations du Pakistan, et avaient chargé la Commission de faire des propositions en octobre.

Plusieurs idées avaient été mises sur la table, dont la suspension de droits de douane pour certains produits.

Mais certains pays du sud de l'Europe, principalement l'Italie, s'étaient inquiétés de l'impact possible sur leur propre industrie textile.

La Fédération textile européenne, Euratex, avait notamment appelé en septembre à ne pas accorder un tel privilège, estimant qu'il risquait de mettre l'industrie européenne à genou.

"Je pense que l'impact sur l'industrie européenne serait très limité", a répondu M. De Gucht, soulignant que Bruxelles "avait pris en considération le caractère sensible de certains produits, par exemple les draps", qui n'ont pas été inclus dans les produits concernés.

"Cette proposition permettra de stimuler réellement la reprise économique au Pakistan, tout en tenant compte en même temps des sensibilités de l'industrie européenne", a-t-il dit.

L'UE est le premier partenaire commercial du Pakistan, qui y exporte essentiellement des produits textiles et d'habillement.

La pression pour faire un geste fort en faveur d'Islamabad était très forte, après les inondations qui ont submergé le Nord-Ouest et le Centre du pays depuis août. Les Européens redoutent à défaut une déstabilisation politique de cette puissance nucléaire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés