Le déluge de feu en Israël fait craindre une guerre à grande échelle

La raffinerie d'Ashkelon, située juste derrière une batterie du système de défense aérienne, a été touchée par des roquettes du Hamas, au sud d'Israël. ©AFP

Les hostilités entre Israël et le Hamas s'intensifient. Une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l'ONU est prévue, la deuxième en trois jours. La communauté internationale craint une guerre "totale".

Israël a effectué des centaines de frappes aériennes sur Gaza durant la nuit de mardi à mercredi, menées avec des avions de chasse et des hélicoptères de combat. Le mouvement islamiste Hamas et d'autres groupes activistes palestiniens ont, eux, tiré une pluie de roquettes vers plusieurs villes israéliennes, dont la métropole Tel-Aviv. Ce sont les échanges aériens les plus intenses entre les deux parties depuis la guerre de 2014 à Gaza: plus de 1.000 roquettes auraient déjà été lancées par des groupes armés palestiniens de la bande de Gaza, selon l'armée israélienne.

La communauté internationale se dit très inquiète face au risque d'une nouvelle guerre à grande échelle. L'envoyé de l'ONU pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a tweeté : "Arrêtez les tirs immédiatement. Nous sommes en train de nous diriger vers une guerre totale. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre la responsabilité de la désescalade."

Nombreuses victimes

Il y a déjà de nombreuses victimes. Côté palestinien, on dénombre trente-cinq morts parmi lesquels douze enfants, et plus de deux cents blessés. Côté israélien, cinq personnes ont été tuées dans les tirs de roquettes et des dizaines d'autres ont été blessées. Plusieurs immeubles sont détruits.

Quel a été le déclencheur? Ces violences font suite à des semaines de tension à Jérusalem pendant le mois sacré musulman du ramadan, avec des affrontements entre la police israélienne et des manifestants palestiniens autour de la mosquée Al-Aqsa. Ces affrontements se sont intensifiés ces derniers jours, à l'approche d'une audience judiciaire - désormais reportée - dans une affaire qui pourrait aboutir à l'expulsion de familles palestiniennes de maisons de Jérusalem-Est revendiquées par des colons juifs.

"Il y a encore beaucoup de cibles dans le viseur, ce n'est que le début."
Benny Gantz
Ministre de la Défense israélien

Réunion au sommet, mais...

Sur le terrain, ça ne semble pas vouloir se calmer. "Il y a encore beaucoup de cibles dans le viseur, ce n'est que le début", a affirmé le ministre de la Défense Benny Gantz. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé que le Hamas "allait se prendre une raclée à laquelle il ne s'attend pas". Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a, lui, lancé: "Si (Israël) veut une escalade, la résistance est prête et si (Israël) veut arrêter nous sommes prêts aussi."

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU se tiendra ce mercredi à huis clos. Mais c'est déjà la deuxième en trois jours... Les contacts diplomatiques se multiplient, pour l'heure sans effet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés