portrait

Le nouvel "homme" fort de Netanyahou

On peut reprocher tout ce que l’on veut à Ayelet Shaked saut de manquer de franchise. Car depuis son entrée tonitruante sur la scène politique en 2012, elle proclame bien fort qu’elle n’aime pas les Palestiniens et que beaucoup d’entre eux sont "des terroristes à éliminer" sans pitié. Avec leurs proches si nécessaire.

À 39 ans à peine, Ayelet Shaked, nouvelle ministre israélienne de la Justice et figure de proue du parti d’extrême droite "Foyer juif" passe déjà pour le nouvel "homme fort" du gouvernement de Benyamin Netanyahou.

D’abord militante du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahou, cette informaticienne s’est fait connaître du grand public animant avec Naftali Benett, le futur président du "Foyer juif", une association extra-parlementaire baptisée "Israël sheli" (Mon Israël) qui défendait la cause des colons tout en stigmatisant le "financement étranger" de certaines ONG israéliennes de défense des droits de l’homme, les journalistes forcément "gauchistes" et les magistrats qui ne valent pas mieux.

Profil
  • Fonction précédente : directrice de cabinet de Binyamin Netanyahou entre 2006 et 2010 et chef du groupe parlementaire du «Foyer Juif» de 2013 à mars 2015
  • Fonction actuelle : ministre de la Justice.
  • Formation : Diplômée en ingénierie informatique.
  • Réseaux : Fort active sur son compte Facebook, qui est suivi par 120.000 personnes.

Rien de nouveau donc, car ce discours, les tenants de la droite le tiennent depuis longtemps dans l’État hébreu. Sauf qu’Ayelet Shaked est intelligente, et qu’elle parvient grâce à une assurance sans limite et à un sens de la formule remarqué par les chroniqueurs politiques, à faire passer son message quel que soit le public auquel elle s’adresse.

Mariée, mère de deux enfants, la nouvelle patronne du ministère israélien de la Justice est souvent complimentée à propos de son physique avantageux, ce qui lui vaut de récolter le soutien des autres figures féminines de la politique israélienne, qui dénoncent le "machisme ambiant".

"Je ne suis pas étonnée que les négociations de paix avec les Palestiniens viennent d’échouer et cela m’arrange car nous ne devons pas leur donner la Judée-Samarie (la Cisjordanie occupée, ndlr)."

"D’un point de vue politique, je suis à l’opposé d’Ayelet Shaked et je condamne tout ce qu’elle dit, affirme Zeava Gal-On, la présidente du petit parti progressiste Meretz. Mais pourquoi se sent-on obligé de dire qu’elle est mignonne chaque fois qu’on parle d’elle? Et pourquoi ne fait-on pas la même chose lorsqu’il s’agit d’un homme?"

Elue pour la première fois à la Knesset en 2013, Shaked poursuit en tout cas une ascension d’autant plus météorique que le "Foyer juif" est un parti de colons au sein duquel les porteurs de kippa et les nombreux rabbins servant de "conseillers spirituels" voient d’un mauvais œil une jeune femme laïque quitter sa maison pour s’occuper d’autre chose que de sa cuisine.

"Son secret, c’est que Benett lui accorde son entière confiance et qu’elle a toujours été de bon conseil lorsque ce dernier devait prendre une décision stratégique, dit le chroniqueur politique Hanan Krystal. En plus, elle est inflexible. Idéologiquement, cette femme-là est un roc"

"Derrière chaque terroriste se tiennent des douzaines d’hommes et de femmes, sans qui il ne pourrait pas s’engager sur la voie du terrorisme. Ils sont tous des combattants ennemis et ils devraient mourir."

Si elle a largement fait ses preuves en tant que propagandiste et députée, Ayelet Shaked se trouve désormais au pied du mur puisqu’elle a toujours promis de "réformer la Justice". Car à l’en croire, les magistrats "ne représentent pas la volonté du peuple israélien qui nous a menés au pouvoir".

En clair, ils ne sont pas assez à droite pour elle. Dès lors, la cour suprême, qui constitue le dernier rempart des Israéliens – mais également des Palestiniens des territoires occupés- contre les atteintes aux droits de l’Homme, doit être "rééquilibrée". Idem avec les tribunaux subalternes qui devront, selon elle, être "remis au pas". Tout un programme.

Protection rapprochée

Ayelet Shaked va recevoir une protection rapprochée à la suite de menaces proférées contre elle sur les réseaux sociaux et d’un photo-montage d’elle en uniforme nazi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés