Les ONG palestiniennes refusent une clause antiterroriste

©AFP

L’Europe a imposé une clause antiterroriste à ses conventions d’aide aux ONG palestiniennes.

Fin décembre, l’Union européenne a ajouté une clause à ses contrats d’aide aux ONG palestiniennes stipulant que celles-ci ne peuvent être liées de quelque manière que ce soit à des organisations terroristes. L’UE a joint à cette clause une liste d’organisations considérées comme terroristes comme le Hamas, le Djihad islamique, le Front populaire de libération de la Palestine et les Brigades d’al-Qassam.

Lors d’une rencontre avec les autorités européennes, une trentaine d’ONG palestiniennes ont refusé de signer cette clause antiterroriste qui stipule, entre autres, qu’elles ne peuvent transférer des fonds à ces organisations.

Certaines ONG ont défendu leur position en affirmant que les groupes visés dans la clause sont pratiquement des partis politiques.

Une jeune fille tuée lors d’un attentat

L’Europe a imposé cette clause à ses conventions d’aide peu après que les directeurs financiers de deux ONG, UAWC et HWC, aient été arrêtés dans le cadre du meurtre d’une fille de 17 ans, Rina Shnerb, en août dernier, lors de l’explosion d’une bombe. Son père et son frère avaient été blessés.

Suite à l’ajout de la clause antiterroriste, les ONG palestiniennes ont lancé une campagne nationale contre le rejet des aides financières conditionnelles. Au cœur de cette campagne, le réseau PNGO ("Palestinian Non governemental Organizations"), rassemblant 135 ONG. Ce réseau très actif pousse au boycott des aides conditionnelles, qu’elles proviennent d’Europe ou des Etats-Unis. Selon une étude commanditée par l’ONU, c’est même l’une des conditions pour en être membre. En 2017, PNGO condamnait un programme européen de partenariat pour la paix au motif qu’il encourageait la normalisation des relations entre les sociétés civiles palestinienne et israélienne.

Parmi les personnes arrêtées en novembre dernier dans le cadre de l’attentat ayant coûté la vie à Rina Shnerb, on retrouve Walid Hanatsheh, dit Abu Ras, membre du comité exécutif de PNGO.

Entre 2017 et 2019, la Commission européenne a versé 699.236 euros à cinq ONG palestiniennes. Parmi ces associations, quatre d’entre elles (HWC, Bisan, SPWC et DCIP) sont liées au Front de libération de la Palestine, une organisation classée terroriste par l’UE.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés