Netanyahou inculpé pour corruption et abus de confiance

Netanyahu mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance. ©Photo News

L’homme, au pouvoir depuis 13 ans, est soupçonné de " corruption " dans trois affaires différentes.

"C’est un jour triste pour l’Etat d’Israël." C’est avec gravité que le procureur général Avichai Mendelblit a annoncé son verdict. Après des semaines d’enquête, et quatre jours d’audition, Benyamin Netanyahou fait face au pire des scénarios. C’est une première en Israël, jamais un Premier ministre n’avait été mis en examen dans l’exercice de ses fonctions.

Le compteur tourne pour Benyamin Netanyahou. Il a 30 jours pour convaincre les députés du Parlement israélien de lui accorder une immunité afin d’éviter un procès imminent. En théorie, s’il échoue, au terme de cette période, les procédures légales commenceront contre le Premier ministre. Mais elles pourraient s’étendre sur plusieurs mois.

"C’est un jour triste pour l’état d’Israël."
avichai mendelblit
procureur général

La loi israélienne ne l’oblige pas à quitter ses fonctions, mais il sera difficile pour Benyamin Netanyahou de diriger un gouvernement, tout en menant le Likoud vers de nouvelles élections, alors qu’il est mis en cause dans trois affaires. Surtout considérant sa mise en examen dans l’affaire dite "4000", dans laquelle il est inculpé pour corruption. Il est accusé d’avoir obtenu une couverture médiatique favorable du site d’information Walla, en échange de décisions gouvernementales avantageuses pour le propriétaire du site.

Le centriste Benny Gantz et les partis de gauche ont appelé Benyamin Netanyahou à démissionner et le Parti travailliste compte déposer une requête devant la Cour suprême d’Israël exigeant son départ.

"Coup d’état"

Mais "Bibi", fin stratège politique, ne se dit pas vaincu. Ce nouvel épisode ne risque pas de l’arrêter. Lors d’une intervention télévisée fermée à la presse, il a comparé sa mise en examen à une "tentative de coup d’Etat". Dans une rhétorique anti-police devenue récurrente chez le Premier ministre, il a dénoncé une enquête politique "biaisée" menée pour "le faire tomber". Benyamin Netanyahou pourrait se présenter aux prochaines élections législatives. Le scrutin risque d’être organisé avant l’ouverture de son procès.

La décision du procureur intervient quelques heures après que le Président Rivlin ait demandé au Parlement de choisir un Premier ministre, suite à l’échec de Benyamin Netanyahou puis de son rival centriste Benny Gantz à former une coalition gouvernementale. En théorie, les députés israéliens disposent de 21 jours pour proposer un nouveau candidat et former une coalition. Mais un tel scénario est peu envisageable. Israël se dirigerait donc vers un nouveau scrutin législatif, le troisième en un an, au grand dam des électeurs.La mise en examen de Benyamin Netanyahou pourrait minimiser ses chances de rallier certains députés. D’autant plus que dans son propre camp, le Likoud, des voix commencent à s’élever pour tourner la page "Bibi".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés