Publicité
Publicité

Séismes en Turquie et Syrie: plus de 22.000 morts, selon un nouveau bilan

Plusieurs séismes ont provoqué de très importants dégâts en Turquie et en Syrie. ©EPA

Plus de 22.000 personnes ont perdu la vie suite aux séismes qui se sont produits en début de semaine dans le sud-est de la Turquie et en Syrie.

Les séismes qui ont frappé lundi la Turquie et la Syrie ont fait plus de 22.000 morts, selon de nouveaux bilans officiels diffusés ce vendredi, tandis que les secouristes tentent encore d'extraire des rescapés des décombres. Quelque 18.991 personnes ont été tuées en Turquie, selon le vice-président turc Fuat Otkay et 3.377 personnes en Syrie, selon les derniers bilans officiels.

Le séisme, survenu lundi à 4h17 locales (2h17 heure belge) et d'une magnitude de 7,8, est plus meurtrier encore que celui de 1999, année où un tremblement de terre d'une magnitude similaire avait dévasté Izmir et la région très peuplée de la mer de Marmara, près d'Istanbul, faisant plus de 17.000 victimes. La secousse s'est produite avant l'aube, par un temps pluvieux et froid qui complique le travail des sauveteurs.

Publicité
À Diyarbakır, les secours et les habitants tentent de retrouver des victimes sous les décombres, après le séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie dans la nuit de dimanche à lundi. ©REUTERS

Ressentie à Chypre et au Liban, et même jusqu'au Groenland, cette première secousse avait été suivie en début d'après-midi, lundi, d'un second séisme de magnitude 7,7. L'institut américain de surveillance sismique a indiqué que le tremblement de terre était le plus puissant qu'il ait enregistré dans le monde depuis un séisme survenu en août 2021 dans l'Atlantique-Sud.

Une nouvelle secousse de magnitude 5,6 a encore frappé le centre de la Turquie mardi.

Près de 3.500 immeubles se sont effondrés, selon les données communiquées par la présidence turque.

Mardi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré l'état d'urgence pour trois mois dans les dix provinces turques touchées. Le chef d'État turc, qui a parlé de la "pire catastrophe depuis 1939" en Turquie, a également décrété un deuil national de sept jours. Les drapeaux seront ainsi mis en berne jusqu'au coucher du soleil du dimanche 12 février. Les autorités turques ont suspendu "jusqu'à nouvel ordre" les compétitions sportives dans tout le pays.

L'espoir de retrouver des survivants

À Damas, de même qu'à Beyrouth, des habitants ont fui à pied ou en voiture par crainte de l'effondrement de leurs immeubles, ont déclaré des témoins. Le président syrien Bachar al Assad a tenu une réunion d'urgence pour examiner les dégâts en Syrie et discuter des prochaines étapes, a indiqué son bureau. Damas a sollicité l'aide d'Israël qui va la lui accorder, a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

"Toutes nos équipes sont en alerte. Nous avons émis une alarme de niveau quatre. C'est un appel, y compris à l'aide internationale", a indiqué le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu sur la chaîne Haberturk. "Nos équipes sont en état d'alerte pour secourir les survivants", ont aussi affirmé les Casques Blancs syriens, des secouristes engagés dans les zones rebelles en Syrie, sur Twitter.

De nombreux immeubles ont été détruits lors du séisme, le plus important en Turquie depuis le tremblement de terre du 17 août 1999. ©EPA

Aide belge et internationale

De très nombreux pays à travers le monde ont immédiatement annoncé l'envoi de secouristes. Suite à une demande de la Turquie, l'Union européenne a également envoyé des équipes de secours dans le pays. "Nous avons activé le mécanisme de protection civile de l'UE (…). Des équipes des Pays-Bas et de Roumanie sont déjà en route", a tweeté le commissaire européen à la gestion des crises Janez Lenarcic.

La Belgique, de son côté, a envoyé une première équipe médicale d'urgence (Emergency Medical Team, de B-Fast) en Turquie, mercredi. "Notre pays installera un hôpital de campagne et enverra du personnel pour fournir l'assistance médicale nécessaire à la population locale et soulager la pression sur les hôpitaux turcs", indiquent les autorités belges.

La ministre du Développement Caroline Gennez a également annoncé que la Belgique débloquait 5 millions d'euros d'aide humanitaire pour la Turquie et la Syrie. Lundi, le ministre-président flamand Jan Jambon avait déjà dit libérer 200.000 euros d'aide d'urgence pour les victimes du séisme - un budget tiré de son portefeuille "politique extérieure".

Informations sur de possibles victimes belges

Une femme de 66 ans originaire de la commune d'Heusden-Zolder, dans la province de Limbourg, serait décédée dans le tremblement de terre en Turquie, a indiqué jeudi l'échevin de la population, Engin Ozdemir (Vooruit). Elle était en vacances avec son fils dans la province turque de Hatay (sud-est).

L'information n'a toutefois pas été confirmée par les autorités turques, ni par les Affaires étrangères belges. Le SPF n'a à ce stade "pas d'informations concernant des Belges blessés ou décédés" à la suite des tremblements de terre qui ont touché lundi la région frontalière entre la Turquie et la Syrie, a indiqué la cheffe de la diplomatie Hadja Lahbib jeudi à la Chambre.

Dans le détail, 230 Belges inscrits à l'ambassade d'Ankara (Turquie) ont été localisés dans les régions touchées, 55 au registre consulaire de Beyrouth, compétent pour la Syrie, ainsi que 8 enregistrés via la plateforme "travellers online". Il a été possible de les joindre. Par contre, 28 Belges restent injoignables. "Nous cherchons toujours à les contacter", a indiqué Hadja Lahbib.

Série de séismes

La Turquie est située sur l'une des zones sismiques les plus actives du monde. Fin novembre, un tremblement de terre de magnitude 6,1 avait déjà frappé le nord-ouest de la Turquie, faisant une cinquantaine de blessés et des dégâts limités, selon les services de secours turcs.

En janvier 2020, un séisme de magnitude 6,7 avait frappé les provinces d'Elazig et de Malatya (Est), faisant plus de 40 morts. Et en octobre de la même année, un tremblement de terre de magnitude 7 en mer Égée avait fait 114 morts et plus de 1.000 blessés en Turquie.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.