Trêve dans plusieurs villes en Syrie

Un membre de l'Armée de la Conquête, un regroupement d'insurgés salafistes et jihadistes anti-Assad ©Reuters

L'armée, les rebelles syriens et le Hezbollah ont conclu un accord pour un cessez-le-feu de 48 heures dans trois localités de l'ouest de la Syrie. Cette décision a pris effet ce mercredi matin. Elle permettra l'évacuation des combattants blessés et l'acheminement d'une aide alimentaire aux habitants.

Des groupes islamistes et les forces prorégime en Syrie se sont entendus pour baisser les armes pendant 48 heures dans plusieurs villes disputées du nord-ouest du pays et le long de la frontière libanaise, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). 

Les villes concernées sont Zabadani, localité proche de la frontière avec le Liban et cible depuis début juillet d'une offensive de l'armée gouvernementale et de son allié le Hezbollah chiite libanais, ainsi que Kefraya et Al Foua, deux localités chiites situées plus au nord, dans la province d'Idlib, et assiégées par la rébellion

Selon les sources proches des négociations, les discussions doivent se poursuivre sur d'autres points. L'interlocuteur côté rebelle est le groupe islamiste Ahrar al Cham, l'un des piliers de l'"Armée de la conquête" avec les djihadistes du Front al Nosra, une alliance qui a enregistré d'importantes victoires sur le terrain depuis plusieurs semaines dans le nord-ouest du pays.

"Une autre source, proche du régime de Damas, a précisé que ces négociations se déroulaient via un intermédiaire. "Le cessez-le-feu va débuter et certaines (personnes) qui sont dans un état critique seront évacuées. D'autres mesures seront discutées", a signalé cette source.

Le conflit en Syrie a fait en quatre ans plus de 240.000 morts, dont 12.000 enfants, selon l'OSDH, et poussé la moitié de la population à fuir. Il a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques qui ont dégénéré en révolte armée puis en guerre civile brutale. Les combats opposent désormais régime, rebelles, Kurdes et jihadistes qui s'affrontent sur un territoire de plus en plus morcelé.

Selon l'OSDH, une organisation non-gouvernementale basée au Royaume-Uni qui suit le conflit syrien grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain, les discussions se poursuivent pour déterminer les modalités d'évacuation de combattants de Zabadani et acheminer une aide alimentaire aux habitants d'Al Foua et Kefraya, assiégés par les rebelles.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés