Publicité
Publicité

Un second otage japonais décapité

L'annonce de l'exécution d'un second otage japonais par le groupe Etat islamique (EI) a provoqué la colère du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Celui-ci a juré dimanche matin qu'il n'abdiquerait pas face à un "terrorisme inadmissible".