L’Australie va peut-être devoir rembourser des milliers de touristes étrangers

Des "backpackers" le long de "Great Ocean Walk" en Australie. ©© Bjorn Svensson

La cour fédérale australienne a invalidé la taxe "backpacker" concernant des milliers de jeunes visitant le pays tout en travaillant.

"Backpacker". Ce nom ne vous dit rien? Il désigne ces touristes, souvent occidentaux, souvent jeunes, qui se promènent partout dans le monde, et en particulier dans les pays du Sud, à moindres frais. Comment? En exerçant parfois des petits boulots le long de la route pour pouvoir continuer. Une sorte de routard qui effectue tout son voyage avec un seul partenaire: son sac à dos.

Ces dernières années, l'Australie était une destination fétiche pour ces voyageurs. Une destination si prisée qu'en 2017, le gouvernement australien avait imposé une taxe de 15%, baptisée "backpacker tax" sur deux catégories de visa vacances-travail.

Mais le gouvernement australien pourrait devoir rembourser des centaines de millions de dollars à des milliers de backpackers. La cour fédérale australienne a en effet invalidé la taxe.

75.000 jeunes concernés

La cour fédérale de Brisbane a déclaré qu'il était illégal d'imposer une taxe sur des travailleurs étrangers en raison d'accords fiscaux avec les pays d'où proviennent ces jeunes. Cette taxe est selon le juge "une forme de discrimination basée sur la nationalité". Le visa vacances-travail australien permet à des jeunes voyageurs de plusieurs pays de visiter l'Australie et de pouvoir y travailler dans certains secteurs. Les touristes belges sont concernées par cette mesure.

Jusqu'en 2017, les voyageurs tout comme les Australiens ne devaient pas payer d'impôts sur une première tranche de 18.200 dollars australiens (11.250 euros). Selon la chaîne ABC, environ 75.000 étrangers pourraient recevoir des centaines de millions de dollars du fisc australien.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés