Les conservateurs vainqueurs surprise en Australie

Le Premier ministre conservateur Scott Morrison (à gauche) et le leader de l'opposition travailliste Bill Shorten (à droite), lors d'un débat télévisé le 29 avril. ©AFP

Le Premier ministre libéral-conservateur australien Scott Morrisson, qui a remporté contre toute attente les législatives, a salué samedi les "Australiens silencieux" qui ont donné à son parti une victoire "miraculeuse".

La coalition conservatrice au pouvoir en Australie a, contre toute attente, conservé le pouvoir à l'issue des élections législatives, ont annoncé les médias australiens après les premiers dépouillements.

"J'ai toujours cru aux miracles. Comme l'Australie est formidable!", a lancé Scott Morrison, le premier ministre sortant à ses partisans réunis à Sydney, saluant les "Australiens silencieux".

"Il est clair que le Parti travailliste ne sera pas en mesure de former le prochain gouvernement", a déclaré à Melbourne Bill Shorten, le candidat battu à ses partisans incrédules. Il a annoncé qu'il démissionnerait de son poste de chef du parti et a appelé son rival "pour le féliciter".

La coalition menée par le Premier ministre sortant, le libéral-conservateur et climato-sceptique Scott Morrison, avait un peu plus tôt été donnée gagnante par la télévision publique ABC. Ces résultats sont une énorme surprise et un désaveu retentissant pour les instituts de sondage, qui avant le scrutin donnaient vainqueur, avec une légère avance, le travailliste Bill Shorten, sensible à la thématique environnementale.

Selon ces derniers, le Labor pourrait disposer de 81 sièges dans la chambre basse du parlement qui en compte 151, selon les prévisions. Avec 51,55% d'intention de votes, la formation devançait la coalition libérale du Premier ministre qui en disposait de 48,5, selon le dernier sondage Newspoll.

Le décès de l'ancien Premier ministre travailliste Bob Hawke à 89 ans, quelques jours avant le scrutin, a déclenché une vague d'hommages, et a somme toute affirmé l'élan de la formation de centre-gauche. Les travaillistes visent donc un retour au pouvoir, soit la 4e fois seulement depuis la Seconde Guerre mondiale.

 L'ouverture des bureaux a été émaillée par un incident dans la circonscription de l'ancien Premier ministre conservateur Tony Abott, à Warringah au Nord de Sydney, décrié pour son climato-scepticisme. Un sexagénaire a attaqué à l'aide d'un tirebouchon un homme de 31 ans, qui disposait du matériel de campagne en faveur de M. Abott avec d'autres sympathisants.

Candidats réservés sur la question climatique

 Les principales formations ont mené campagne sur des thématiques économiques et fiscales, mais la question du changement climatique s'est imposée comme enjeu électoral majeur, sous la pression de l'opinion publique lassée de l'inaction des précédents gouvernements et inquiète de la récurrence de phénomènes météorologiques extrêmes, dont des pics de chaleur, incendies et inondations.

Un récent sondage réalisé par l'institut Lowy indique que 61% des électeurs souhaitent que la question climatique soit traitée par le prochain gouvernement. Toutefois, les candidats Bill Shorten et Scott Morrison sont toutefois restés très réservés à cet égard. Les Verts, qui constituent la troisième force politique, devraient toutefois rester marginaux pouvant au mieux espérer doubler l'unique siège dont ils disposent actuellement.

Les résultats des candidats indépendants et des partis extrêmes pourraient être déterminants dans la formation du gouvernement, en cas de courte majorité. Les performances du United Australia Party seront très observés. Son fondateur, le milliardaire Clive Palmer, a inondé les réseaux sociaux et espaces publicitaires du message "Make Australia Great" inspiré des slogans du président américain Donald Trump.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect