A quoi sert le drone spatial secret de l'US Air Force?

©EPA

La petite navette spatiale automatique X-37B de l'US Air Force a été lancée pour un quatrième vol expérimental. Un engin qui suscite beaucoup de spéculations: démonstrateur technologique, bombardier spatial ou arme antisatellites?

L'US Air Force a annoncé avoir réexpédié mercredi dans l'espace sa petite navette spatiale automatique pour un quatrième vol expérimental.

Lors de son dernier vol, la petite navette X37-B, qui est lancée par une fusée Atlas V -utilisée pour les lancements militaires américains- était restée 674 jours en orbite, avant de retourner sur la Terre et de se poser comme un avion, de manière totalement autonome. Un record pour un engin réutilisable.

C'est un drôle d'appareil qui ressemble, mais en plus petit et avec une double dérive, aux vénérables navettes spatiales de la NASA. L'US Air Force, maître d'oeuvre du projet, est restée muette sur les détails comme sur les objectifs de ce nouveau vol. En réalité, on ne sait quasiment rien de cet appareil top secret construit par la discrète division "Phantom works" de Boeing, à l'exception de son poids et de ses dimensions présumées - cinq tonnes pour 8,9 mètres de long et 4,5 mètres de large - et du fait qu'il dispose d'une petite soute.

©REUTERS

Une discrétion qui entraîne de nombreuses spéculations. Jusqu'ici, l'Air Force a évoqué le développement de technologies spatiales réutilisables, comme la protection thermique et la production d'énergie solaire. Une explication qui ne convainc pas les spécialistes. D'abord, parce que la NASA maîtrise ces technologies depuis pas mal de temps. Ensuite, parce que l'agence spatiale américaine a précisément abandonné les navettes - trop chères et trop complexes - pour se tourner vers des fusées et des engins "low cost" développés surtout par le privé. Enfin, le programme, initié par la NASA en 1999, a été ensuite repris par la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), une agence du Pentagone qui développe les nouvelles technologies à usage militaire, avant d'atterrir à l'Air Force. Pourquoi un tel cheminement? Mystère. Pour ce nouveau vol, un responsable de l'Air Force a fait état de tests pour la mise au point d'un nouveau système de propulsion dans l'espace, économe en énergie et qui repose sur l'ionisation d'un gaz noble, le xénon.

L'atterrissage du drône spatial secret de l'US Air Force X-37B



Une arme antisatellite?

Pour certains experts, il s'agirait en réalité d'un programme d'espionnage ultra moderne: le X-37B, qui peut être lancé n'importe quand sur des orbites variées, offre la souplesse d'emploi d'un avion, mais reste hors de portée d'éventuels missiles sol-air. D'autres spécialistes vont plus loin et évoquent une arme antisatellites. Il est vrai que l'engin ressemble fortement à un vieux programme de l'US Air Force de la fin des années cinquante: le projet X-20 "Dyna-Soar". Abandonnée avant même que le premier prototype soit construit, cette espèce de navette spatiale devait servir pour des missions de reconnaissance, de bombardement, de réparation, de sabotage de satellites ou encore de sauvetage d'astronautes. Bref, un engin multimissions parfait.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés