Acheter le Groenland serait "stratégiquement sympa", selon Donald Trump

Le président Donald Trump parle à la presse avant d'embarquer dans son avion dimanche 18 août. Il y confirme les rumeurs sur son intérêt envers le Groenland. ©AFP

Donald Trump a confirmé qu'il envisageait une offre pour racheter le Groenland. De quoi indigner les autorités danoises.

Pour Donald Trump, le Groenland est une "grosse transaction immobilière". Ce dimanche, le président américain a confirmé devant la presse les informations du Wall Street Journal: l'achat du Groenland est effectivement "quelque chose dont nous avons parlé", bien que ça ne constitue pas "la priorité numéro un" pour son gouvernement. Et d'ajouter: "Le concept a surgi et j'ai dit que stratégiquement, c'est certainement intéressant et que nous serions intéressés, mais nous parlerons un peu" avec le Danemark.

Interrogé par les reporters sur la possibilité d'échanger le Groenland contre un territoire américain, Trump a répondu que "beaucoup de choses peuvent se faire". La gigantesque île de l'Arctique "fait beaucoup de mal au Danemark parce qu'ils perdent environ 700 millions de dollars chaque année pour l'entretenir... Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait sympa", a expliqué le président.

L'article publié jeudi dernier par le WSJ avait provoqué des réactions indignées au Danemark, dont le Groenland est un territoire autonome. 

"Le Groenland n'est pas à vendre"

Ce dimanche, la Première ministre danoise Mette Frederiksen, en visite sur l'île, a fait savoir: "Le Groenland n'est pas à vendre. Le Groenland n'est pas Danois. Il appartient aux Groenlandais. J'espère vraiment que ce n'est pas sérieux." Les Groenlandais ne comptent pas non plus rejoindre les États-Unis: "Nous sommes ouverts aux relations d'affaires, mais nous ne sommes pas à vendre", avait noté la ministre des Affaires étrangères du gouvernement autonome du Groenland, Ane Lone Bagger, jeudi dernier.

L'intérêt de Trump n'est pas anodin. Ce territoire nordique représente un lieu stratégique et une source abondante de précieux minéraux. D'ailleurs, en vertu d'un traité de défense signé en 1951 avec le Danemark, les Etats-Unis y possèdent déjà une base aérienne.

Le sujet aura sans doute l'occasion d'être évoqué en septembre prochain, lors de la visite officielle de Donald Trump au Danemark. 

 

Le sujet du Groenland aura en tout cas l'occasion d'être abordé en personne, puisque le président américain vient en visite officielle au Danemark en septembre prochain.

 

LIRE ÉGALEMENT

 
Publicité
Publicité

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect