Américains et Chinois parlent commerce à Pékin

La délégation américaine est arrivée en Chine pour tenter de trouver un accord permettant de mettre un terme au bras de fer commercial. ©AFP

Américains et Chinois poursuivent leurs discussions pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale qui les oppose depuis plusieurs mois. Une délégation de hauts fonctionnaires américains est actuellement à Pékin sous la direction du représentant adjoint au Commerce Jeffrey Gerrish.

Aucun détail n’a filtré en ce qui concerne le contenu des discussions qui se tiennent ce lundi et mardi à Pékin, et ne devraient déboucher sur rien de concret. La rencontre, la première depuis que les présidents Donald Trump et Xi Jinping ont décidé d’une trêve de trois mois en marge du G20 de Buenos Aires début décembre, n’est cependant pas anodine. Elle pourrait en effet jeter les bases de négociations à plus haut niveau avant la fin du mois. Il se dit même que Trump pourrait rencontrer le vice-président chinois Wang Qishan au en marge du Forum de Davos qui se tiendra du 22 au 25 janvier dans la station suisse.

L'US Navy irrite Pékin

Alors que Chinois et Américains tentent de trouver une solution à la guerre commerciale, la Chine a vivement critiqué les Etats-Unis pour avoir fait croiser un navire de guerre en mer de Chine méridionale à proximité d'îles contrôlées par Pékin.

Le destroyer USS McCampbell est entré lundi dans les eaux de l'archipel des Paracels afin de "contester des revendications maritimes excessives".

La marine américaine mène régulièrement des opérations baptisées "liberté de navigation" en mer de Chine méridionale, où Pékin a construit des installations militaires sur des îlots à l'appui de ses importantes prétentions territoriales. 

Vendredi, le président américain a déclaré qu’Etats-Unis et Chine avaient "une négociation commerciale massive en ce moment" et que les choses se passaient "très bien". Il a toutefois tempéré son enthousiasme en ajoutant qu’on "ne sait jamais" comment une négociation peut tourner.

En attendant, Pékin a multiplié les gestes de conciliation. La Chine a ainsi suspendu pour trois mois ses nouveaux tarifs douaniers sur les importations de voitures et pièces automobiles américaines. Elle a également repris ses achats de soja et de riz produits aux Etats-Unis.

Fronts de négociation

Les négociations se tiennent parallèlement sur plusieurs fronts. Washington et Pékin discutent notamment des questions de transfert forcés de propriété intellectuelle des entreprises américaines vers leurs partenaires locaux sur le marché chinois, des aides d’Etat octroyées par la Chine à ses secteurs de haute technologie (dans le cadre de son plan " Made in China 2025 ") et de l’ouverture du secteur financier chinois aux institutions américaines. Les Américains tentent également d’obtenir la fin définitive des surtaxes chinoises sur certaines de leurs exportations agricoles et dans le secteur automobile.

Meng Wanzhou. ©AFP

Le dossier Huawei a cependant jeté un voile sur les négociations depuis que sa directrice financière, Meng Wanzhou (qui s’avère également être la fille du fondateur du géant chinois des équipements télécoms), a été arrêtée au Canada à la demande des autorités américaines. Washington lui reproche des fraudes bancaires et la violation des sanctions américaines frappant l’Iran. Une première audience concernant son extradition vers les Etats-Unis doit se tenir début février à Vancouver.

Musk à Shanghai

Elon Musk. ©AFP

C’est dans ce contexte incertain qu’Elon Musk, le PDG de Tesla, s’est rendu à Shanghai ce lundi pour y lancer la construction d’une usine d’assemblage appelée à produire à terme 500.000 voitures électriques par an. La production de la Tesla Model 3 devrait y débuter à la fin de l’année. Autant dire que Musk suit de près les discussions. D’après Bloomberg, les ventes de Tesla en Chine ont chuté de 3.552 unités en juin à 211 voitures en octobre et 393 en novembre, suite aux surtaxes douanières qui ont été imposées par la Chine. La chute des bourses chinoises en 2018 a également pesé sur les ventes des voitures électriques de luxe.

L'Europe et Washington discutent aussi

La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström rencontrera ce mardi à Washington son homologue américain Robert Lighthizer pour de nouvelles discussions sur le commerce, a-t-on appris lundi auprès d'un porte-parole de l'exécutif européen.

Washington et l'UE s'efforcent depuis des mois de matérialiser par un accord le principe d'une entente commerciale annoncée fin juillet par le président américain Donald Trump et celui de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Les deux dirigeants s'étaient engagés à travailler sur un accord commercial sur les biens industriels, qui n'a pas encore avancé, les États-Unis préférant pour l'instant se concentrer sur la coopération réglementaire entre les deux régions.

Malmström doit par ailleurs participer mercredi à des discussions trilatérales avec le Japon et les États-Unis sur différentes questions commerciales dont "les pratiques qui faussent les échanges" internationaux.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés