1

Après l'acier, Trump se prépare à taxer le "made in China"

©Bloomberg

L'électronique, les articles de sport, les télécoms, l'administration de Trump prévoit de nouvelles taxes sur ces produits issus de Chine. Sur le terrain, les acteurs de la distribution dénoncent d'ores et déjà l'impact sur le portefeuille des ménages américains.

Ils sont plusieurs, des grands noms de la distribution américaine à s'adresser directement au Président Trump afin de lui demander de revoir sa copie. Dans une lettre directement adressée à la Maison-Blanche Walmart, Target, Best Buy, Macy's demandent en effet à Donald Trump de ne pas imposer de lourdes taxes sur les produits importés de Chine.

Après la taxe sur les importations d'acier et d'aluminium, l'administration Trump a annoncé qu'elle préparait une taxe sur les technologies de l'information, les télécoms et autres produits de consommation produits en Chine. Elle souhaite de la sorte forcer Pékin à revoir sa copie en matière de propriété intellectuelle et de pratiques d'investissements.   

La taxe pourrait ainsi toucher plus de 60 milliards de dollars d'appareils électroniques, articles de sport et jouets. "Nous sommes préoccupés par l'impact négatif sur les familles de travailleurs américains de ce que vous appelez des mesures correctives en vertu de l'article 301 du Traité sur le commerce," lit-on dans cette lettre. Les signataires parlent ainsi de "punition" des familles américaines face à des biens plus coûteux. 

Cette lettre est par ailleurs un énième exemple des divisions grandissantes entre l'administration présidentielle et le monde des affaires. Dimanche un groupe d'associations professionnelles représentant la plupart des grands noms de l'économie américaine ont aussi fait état de leurs préoccupations face à la politique tarifaire. Parmi ces associations, citons La Chambre du commerce américaine, la fédération de la grande distribution ou le conseil de l'industrie des technologies de l'information.

Sandy Hill, présidente de l'association de la grande distribution, à l'origine de la missive au Président, affirme que ces taxes élimineraient tous les avantages des mesures fiscales soumises aux acteurs économiques. "Ce n'est pas une industrie américaine qui crie aux loups", lance-t-elle.

Vingt-quatre sociétés ont signé cette lettre. On y retrouve outre les grands acteurs cités, Abercrombie & Fitch Co, American Eagle Outfitters, Columbia Sportswear, Costco, Dollar Tree, Gap, JC Penney, Ikea North America Services, Levi Strauss and Co ou Sears Holding.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content