Après S&P, Moody's est dans le collimateur des USA

©REUTERS

Les Etats-Unis réclament réclament cinq milliards de dollars de dommages et intérêts à S&P. S'ils parviennet à leurs fins, ils devraient ensuite attaquer Moody's.

Le département américain de la Justice et plusieurs Etats envisagent de poursuivre devant les tribunaux l'agence de notation Moody's, à qui ils reprochent d'avoir trompé les investisseurs avant la crise de 2007, mais ils attendront d'abord de voir ce que donnera l'action intentée cette semaine contre Standard & Poor's, a-t-on appris jeudi auprès de plusieurs sources au fait de l'affaire.

Les investigations sont encore à un stade peu avancé, en grande partie parce que les juristes de l'Etat fédéral et des différents Etats américains ont jusqu'ici concentré leurs ressources sur le cas S&P, ont précisé les sources en demandant à ne pas être identifiées.

Le gouvernement a annoncé lundi soir qu'il réclamait cinq milliards de dollars de dommages et intérêts à S&P qu'il accuse d'avoir trompé les investisseurs en surnotant des produits financiers avant la crise de 2007.

S&P rejette les accusations et a engagé pour sa défense l'avocat John Keker, célèbre pour avoir défendu l'ex-patron d'Enron Andrew Fastow ou le cycliste Lance Armstrong.

Moody's, mis en cause par une commission parlementaire en 2011, avait pareillement rejeté toute responsabilité dans la crise des subprimes.

Selon les sources, la troisième grande agence de notation - Fitch Ratings, contrôlée par Fimalac - ne devrait en revanche pas être inquiétée du fait de son rôle beaucoup plus modeste aux Etats-Unis. La commission parlementaire qui avait enquêté sur le rôle des agences en 2011 n'avait d'ailleurs pas demandé à entendre Fitch.

Depuis l'annonce de lundi soir, l'action McGraw Hill - la maison mère de S&P - a perdu plus de 25% de sa valeur à Wall Street. Dans son sillage, et bien que n'ayant pas été citée dans la plainte des autorités, Moody's a cédé 15%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés