Attaques de Michael Bloomberg contre Bernie Sanders

Le grand favori des primaires démocrates Bernie Sanders est tombé mardi sous le feu de ses rivaux démocrates.

"Vladimir Poutine pense que Donald Trump doit être président des États-Unis, et c'est pourquoi la Russie vous aide à être élu, pour que vous perdiez contre lui", a dit l'ancien maire de New York Michael Bloomberg à son rival démocrate, Bernie Sanders, lors du débat organisé en Caroline du Sud.

Le grand favori des primaires démocrates Bernie Sanders a été la cible de ses rivaux démocrates, lors du débat en Caroline du Sud, dans le cadre de la course pour décrocher l'investiture du parti et défier Donald Trump en novembre.

Quatre jours avant un vote crucial des primaires démocrates en Caroline du Sud, plusieurs candidats jouent dans ce débat leur dernière chance de rester en lice. 

Je gagnerai la Caroline du Sud.
Joe Biden
Candidat à l'investiture démocrate

Sanders favori

À 78 ans, Sanders est jusqu'ici le grand vainqueur de ces primaires, après avoir remporté samedi le Nevada, très loin devant tous ses rivaux. Selon une enquête d'opinion Reuters/Ipsos publiée mardi, il a accentué son avance dans les intentions de vote pour l'investiture démocrate, avec pour la première fois une avance de plus de dix points de pourcentage sur ses premiers rivaux. Son avance fait exploser au grand jour la fracture au sein du parti, entre les partisans du sénateur "socialiste" et les tenants d'un discours plus au centre, censé pouvoir rassembler plus d'électeurs pour battre Donald Trump le 3 novembre.

L'actuel favori a profité de ce débat pour glisser que son programme très à gauche pouvait le porter vers une victoire contre Donald Trump en novembre.

Les soupçons de Bloomberg

500
millions USD
Michael Bloomberg a puisé plus de 500 millions de dollars dans sa fortune personnelle pour financer sa campagne

Le milliardaire Michael Bloomberg, qui a puisé plus de 500 millions de dollars dans sa fortune personnelle pour financer sa campagne, a ouvert le bal en affirmant que le président russe Vladimir Poutine aidait Bernie Sanders. "Vladimir Poutine pense que Donald Trump doit être président des États-Unis, et c'est pourquoi la Russie vous aide à être élu, pour que vous perdiez contre lui", a lancé l'ancien maire de New York à Bernie Sanders. Il faisait référence à une information du Washington Post qui avait assuré, la semaine dernière, que le sénateur indépendant était la cible d'interférences de Moscou en sa faveur. Bernie Sanders a réagi en mettant en garde Poutine contre une nouvelle tentative d'influencer l'élection américaine

Sauve-qui-peut

Joe Biden, longtemps considéré comme le favori dans la course à l'investiture du Parti démocrate, doit arriver en tête en Caroline du Sud pour préserver ses chances de victoire. L'ancien vice-président a taclé Bernie Sanders pour ses positions passées sur les armes à feu, lors de votes controversés à la Chambre des représentants puis au Sénat.  Comme lui, plusieurs candidats modérés ont également attaqué le "socialiste" autoproclamé sur le financement jugé trop flou de son programme, notamment sa proposition d'une profonde réforme d'une assurance santé universelle. "Je gagnerai la Caroline du Sud", s'est défendu l'ex-bras droit d'Obama.

Warren: "Moi, j'ai travaillé"

  Jouant sa survie dans la course après trois mauvais résultats, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, 70 ans, s'est jetée dans la mêlée sur ce point. "Moi j'ai creusé, j'ai travaillé (pour expliquer comment financer son programme, NDLR). Et ensuite l'équipe de Bernie m'est rentrée dedans à cause de ça", a-t-elle accusé. "Les progressistes n'ont qu'une chance" de remporter cette élection "et nous devons la jouer sur un dirigeant qui saura comment accomplir des choses", a-t-elle lancé.

Le résultat en Caroline du Sud influencera de manière décisive l'élan des candidats juste avant le "Super Tuesday", lorsque 14 États voteront le 3 mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés