Barack Obama se livre enfin

Le premier tome des mémoires de Barack Obama paraît ce mardi aux Etats-Unis et dans 23 autres pays. ©Photo News

Entre anecdotes à la Maison-Blanche, réflexions politiques et confidences personnelles, le premier tome des mémoires de Barack Obama sort ce mardi.

Barack a été moins rapide que Michelle Obama. Après un double accord à plus de 60 millions de dollars avec la maison d’édition Crown Publishing Group, une filiale de Random Penguin, l’ex-First Lady a publié ses mémoires fin 2018. Il aura, en revanche, fallu trois ans et demi à l’ex-président américain pour coucher sa vie sur papier, une partie en tout cas: le premier tome de ses mémoires paraît ce mardi aux États-Unis et dans 23 autres pays. 

L’ex-chef de l’État considère que les troubles que traverse aujourd’hui la démocratie américaine trouvent leur origine dans la réaction raciste à son élection en 2008.

Dans cet ouvrage de 843 pages, dans la version française publiée par Fayard, Barack Obama revient sur son enfance, sur l’ascension de sa carrière et sur les moments forts de son premier mandat à la Maison-Blanche.

Idéaux politiques

Il raconte des anecdotes sur ses rencontres avec les autres dirigeants mondiaux. Il livre aussi ses réflexions d’homme d’État, sur les Printemps arabes et leurs conséquences, sur sa décision d’envoyer davantage de troupes en Afghanistan ou encore sur celle d’autoriser le raid qui a mis fin à la traque d’Oussama Ben Laden.

Le titre de ses mémoires," Une terre promise", est un rappel de l’importance des idéaux politiques, à l’heure où les États-Unis sont plus divisés que jamais. Barack Obama a expliqué, dimanche, dans l’émission 60 Minutes, sur CBS, pourquoi il a intitulé son livre ainsi. "Même si on n’y arrive pas de notre vivant, même si on éprouve des difficultés ou des déceptions sur la route, au moins, j’ai foi en notre pouvoir de créer une union plus parfaite. Non pas une union parfaite, mais une union plus parfaite."

L'origine du mal

L’ex-chef de l’État considère que les troubles que traverse aujourd’hui la démocratie américaine trouvent leur origine dans la réaction raciste à son élection en 2008, une première historique pour un homme noir aux États-Unis. Comme si sa présence à la Maison-Blanche, écrit-il, avait réveillé une "panique" très profonde, comme si "l’ordre naturel" avait été bouleversé.

Barack Obama juge que c’est (...) Sarah Palin, ainsi que l’émergence du Tea Party, qui ont ouvert la voie à ce qu’est devenu le Parti républicain de Donald Trump aujourd’hui.

Il estime qu’à l’époque, Donald Trump avait déjà très bien saisi les enjeux du moment en propageant la fausse rumeur selon laquelle Barack Obama n’était pas né aux États-Unis, ce qui en ferait donc un président illégitime.

Barack Obama juge que c’est la colistière du candidat républicain John McCain en 2008, Sarah Palin, ainsi que l’émergence du Tea Party, qui ont ouvert la voie à ce qu’est devenu le Parti républicain de Donald Trump aujourd’hui. La "xénophobie", "l’anti-intellectualisme", "les théories du complot paranoïaques" et "l’antipathie" envers les personnes de couleur: tout ce qui était jadis à la marge du parti a pris une place centrale au fur et à mesure, selon lui.

L'avis de Joe Biden

C’est en partie pour cette raison que Barack Obama a choisi d’envoyer son vice-président Joe Biden - aujourd’hui le président élu des États-Unis - négocier avec les républicains de Capitol Hill. Il lui fallait, explique-t-il, un "intermédiaire" avec lequel le patron des sénateurs républicains Mitch McConnell puisse apparaître en public sans "enflammer" sa base conservatrice. Comprendre: un homme blanc.

"Même si on n’y arrive pas de notre vivant, même si on éprouve des difficultés ou des déceptions sur la route, au moins, j’ai foi en notre pouvoir de créer une union plus parfaite. Non pas une union parfaite, mais une union plus parfaite."
Barack Obama (dimanche soir, sur CBS)

Barack Obama se souvient d’un vice-président qui n’hésitait pas à lui donner son avis, même lorsqu’il était contraire à celui de ses autres conseillers, comme sur l’intervention en Afghanistan au sujet de laquelle Joe Biden était sceptique.

Ces mémoires se penchent aussi sur la relation de couple entre Barack et Michelle Obama, mise à l’épreuve par huit ans sous les projecteurs du monde entier. L’ex-président se souvient ainsi qu’il sentait son cœur "se serrer subitement" lorsqu’il pensait, la nuit à ses côtés, aux années de légèreté que tous les deux ne connaîtraient probablement jamais plus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés