Coup dur pour l'enquête de Mueller sur le Russiagate

©EPA

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Lundi, les procureurs enquêtant sur le "Russiagate", dont le procureur spécial Bob Mueller, ont accusé Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, de leur avoir menti à plusieurs reprises.

Paul Manafort avait accepté de plaider coupable d’association de malfaiteurs contre les États-Unis et d’entrave à la justice américaine en septembre dernier. Il avait également accepté de coopérer avec l’équipe de Mueller. Âgé de 69 ans, cet ancien proche de Trump espérait ainsi avoir à passer moins de temps derrière les barreaux alors qu’il est actuellement à l’isolement dans une prison de Virginie.

A ce stade, les procureurs n’ont pas précisé de quels mensonges Manafort s’est rendu coupable. Cette information devrait être communiquée prochainement au juge Amy Berman Jackson de Washington DC devant qui Manafort et les procureurs avaient passé leur accord. Mais une chose est certaine: ce développement extrêmement rare pourrait avoir de sérieuses implications sur l’enquête de Mueller qui vise à déterminer si la Russie a tenté d’interférer avec la présidentielle américaine de 2016 et s’il y a eu collusion avec la campagne Trump. Tentons d’y voir plus clair.

Pourquoi Manafort est-il aussi important?

Ce consultant républicain a dirigé la campagne de Trump entre juin et août 2016. Avant de rejoindre l’équipe de Donald Trump au printemps 2016, Manafort avait travaillé de longues années pour le compte d’intérêts russes. Il a servi de conseiller politique à l’ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch, un travail qu’il avait cherché à cacher au fisc américain. Lorsque ce dernier a quitté le pays pour la Russie, Manafort a continué à conseiller ses alliés pro-russes. Il a également travaillé avec l’oligarque russe Oleg Deripaska, un proche du président Vladimir Poutine. On ne s’étonnera donc pas que l’homme a assisté à la fameuse réunion de juin 2016 à la Trump Tower en présence d’un des fils de Trump et d’une avocate russe qui avait promis de leur fournir des informations compromettantes au sujet d’Hillary Clinton. Une réunion qui fait partie des éléments pointant vers une possible collusion entre la campagne de Trump et Moscou.

Quelles sont les conséquences pour Manafort?

Reconnu coupable de fraude bancaire et fiscale dans le cadre de ses activités en Ukraine devant un tribunal de Virginie en août dernier, Manafort encourt jusqu’à 10 ans de prison. Il sera fixé sur son sort le 8 février. Mais c’est dans le cadre d’un autre procès, lié au Russiagate et pour lequel il encourt également jusqu’à 10 ans de prison, qu’il avait accepté de plaider coupable et de coopérer avec Mueller. Il aurait été interrogé une douzaine de fois par les procureurs et aurait toujours nié avoir des informations compromettant Trump. Quels qu’aient été ses mensonges, l’accord passé avec Mueller tombe à l’eau et il pourrait donc être poursuivi pour association de malfaiteurs contre les États-Unis et entrave à la justice. Les procureurs pourraient également décider de le poursuivre pour d’autres charges. Au final, Manafort risque de passer la fin de ses jours derrière les barreaux. À moins qu’il décroche un pardon présidentiel. D’après certains experts, ce serait précisément ce qu’il cherche. Trump n’a en tout cas pas cessé de le soutenir.

Quelles sont les conséquences pour Mueller?

©REUTERS

A première vue, c’est un coup dur pour le procureur spécial qui perd un de ses témoins clés. Même si Manafort lui a transmis certaines informations utiles ou fourni des pistes, qu’est-ce que cela aura encore comme poids après qu’on l’ait accusé d’avoir menti? Le sentiment général à Washington était que le procureur spécial allait mettre les bouchées doubles une fois les élections de mi-mandat passées et qu’il remettrait son rapport dans les prochains mois. Un rapport que les démocrates du Congrès, qui prendront le contrôle de la Chambre des représentants en janvier, attendent avec impatience. Il faut voir maintenant quels éléments les procureurs apporteront concernant les mensonges de Manafort et comment Mueller s’adaptera à la situation. Il sera également intéressant de voir ce qui ressortira des réponses que les avocats de Trump ont fournies la semaine dernière aux questions que Mueller a posées au président américain. Jusqu’à présent, son enquête a déjà mené à l’inculpation d’une trentaine de personnes et entités russes et américaines.

Et les autres "accusés" qui ont plaidé coupables?

Manafort n’est pas la seule personne ayant travaillé à la campagne de Trump à avoir plaidé coupable de crimes commis dans le cadre du " Russiagate " et à collaborer avec Mueller. George Papadopoulos, un ancien conseiller de la campagne de Trump sur les questions de politiques étrangères avait plaidé coupable de faux témoignages après avoir menti au FBI sur ses contacts avec des Russes. Il avait accepté de collaborer à l’enquête, ce qui lui a permis de n’être condamné qu’à deux semaines de prison (peine qu’il a entamée lundi). Michael Flynn, le premier conseiller à la Sécurité nationale de Trump, et Rick Gates, l’ancien bras droit de Manafort, ont également reconnu avoir menti au FBI et collaborent à l’enquête.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect