Détente transatlantique très attendue par les entreprises en Europe

Washington a bloqué des contrats de la société néerlandaise ASML (semi-conducteurs) avec la Chine. ©via REUTERS

L'administration Biden compte amorcer une détente économique avec l'Europe, mais devrait néanmoins conserver une grande fermeté dans certains dossiers.

L’arrivée de l’administration Biden a d’emblée suscité de grandes attentes en Europe, notamment auprès des entreprises. Sur un certain nombre de dossiers, on peut en effet s’attendre à une rupture avec l’ère Trump. Sur d’autres dossiers par contre, les rapports entre Etats-Unis et Europe resteront tendus, surtout lorsqu’il est question d’économie.

Constantes

Les Européens ne doivent pas s’attendre à un revirement majeur pour ce qui est du protectionnisme américain, de la guerre commerciale avec la Chine et du dossier North Stream 2.

Avec le slogan "Buy American" en lieu et place du belliqueux «America First» de Donald Trump, Joe Biden a fait savoir que les Etats-Unis n’ont pas l’intention de renoncer à un certain protectionnisme, notamment pour l’octroi des marchés publics.

"Les Etats-Unis n’hésitent pas à agir de manière extraterritoriale en faisant pression sur des firmes européennes."
Bert Gevers
Associé chez Loyens & Loeff

L’administration Biden ne compte pas non plus relâcher le bras de fer commercial engagé avec la Chine. "Cette fermeté n’est pas sans impact pour les entreprises européennes", souligne Bert Gevers, associé auprès du cabinet d'avocats Loyens & Loeff. "Les Etats-Unis n’hésitent pas à agir de manière extraterritoriale en faisant pression sur des firmes européennes qui voudraient exporter de la technologie sensible vers la Chine. La société néerlandaise ASML, qui est à la pointe en matière de semi-conducteurs, l’a appris à ses dépens fin 2019", rappelle-t-il.

Concernant le dossier North Stream 2, les Etats-Unis n’ont jamais caché leur volonté d’empêcher la Russie de contourner l’Ukraine pour les fournitures gazières. Or bon nombre d’entreprises européennes sont impliquées dans la construction du gazoduc, s’exposant ainsi au risque de sanctions américaines.

Changements en vue

Parmi les changements d’orientation à prévoir dans la relation transatlantique, il y a l’environnement, une certaine désescalade commerciale et le dossier iranien.

Joe Biden a l’intention d’investir massivement dans la réduction des émissions de CO2 et la préservation de l’environnement.

Il va sans doute aussi chercher à désamorcer la tension dans certains dossiers commerciaux emblématiques comme Boeing-Airbus, l’acier, la taxe digitale qui frappe les Gafa ou la taxe carbone qui fait partie du Green Deal européen et qui est mal perçue aux Etats-Unis.

"Antony Blinken et Jake Sullivan étaient déjà à la manœuvre lors de la conclusion des accords de Vienne sous Obama."
Bert Gevers
Associé chez Loyens & Loeff

Sur le dossier iranien enfin, on attend également un geste d’ouverture de Biden. "Antony Blinken et Jake Sullivan étaient déjà à la manœuvre lors de la conclusion des accords de Vienne sous Obama", rappelle Bert Gevers. "Une avancée politique dans ce dossier permettra de lever la menace de sanctions qui pèse sur les entreprises européennes impliquées dans des contrats commerciaux avec l’Iran."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés