Deutsche Bank aurait ignoré des transactions suspectes du clan Trump

©REUTERS

Selon le New York Times, Deutsche Bank a refusé de saisir les services américains de lutte contre le blanchiment d'argent à propos de transactions suspectes impliquant des sociétés contrôlées par Donald Trump et son gendre Jared Kushner.

Le New York Times (NYT) a publié une véritable bombe sur son site internet ce dimanche soir. Le quotidien cite cinq anciens et actuels employés de la Deutsche Bank affirmant que la direction de l'établissement financier a rejeté les mises en garde faites par plusieurs employés sur des transactions douteuses concernant la fondation Trump, aujourd'hui dissoute, et des sociétés contrôlées par le président Trump et son gendre Jared Kushner. Le journal new-yorkais explique aussi que les dirigeants de la banque n'ont pas jugé nécessaire d'alerter les autorités fédérales américaines de la situation. 

Le président américain a réagi ce lundi matin en publiant une série de tweets pour démentir ces informations. 

Le NYT, s'appuyant sur des témoignages d'anciens et d'actuels employés de Deutsche Bank, précise que certaines transactions ont provoqué des alertes du système informatique signalant des activités bancaires potentiellement illicites. Des employés de Deutsche Bank ont alors examiné ces transactions et rédigé des rapports d'activités suspectes, pensant que ces signalements seraient adressés à une unité du département du Trésor. Ces employés, note le New York Times, ont interprété ce refus de la direction comme une approche laxiste du droit anticorruption.

Selon eux, une telle attitude était récurrente au sein de la direction de la banque afin de protéger les relations avec ses clients influents. Une employée, qui a procédé à l'examen des transactions suspectes, a déclaré avoir été licenciée l'an passé après avoir fait part de ses inquiétudes sur ces pratiques bancaires. 

Deutsche Bank nie 

Chez Deutsche Bank, on nie catégoriquement ces informations ainsi que le fait que des employés ont été mutés ou licenciés afin d'étouffer des soupçons à l'égard de certains clients. La banque précise aussi qu'elle a  accru ses efforts pour lutter contre la délinquance financière. A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Bank   fait le frais de ces informations et a inscrit un nouveau plus bas historique avant son assemblée générale.

©Bloomberg

Les relations entre Deutsche Bank et la famille Trump sont depuis quelque temps déjà au centre de l'attention de nombreux observateurs. L'établissement bancaire a prêté plusieurs milliards de dollars à des sociétés détenues par Donald Trump ou par son gendre Jared Kushner. Du côté de la Trump Organization, une porte-parole a déclaré que cette "histoire était un non-sens absolu". "Nous n'avons connaissance d'aucune transaction 'suspecte' avec Deutsche Bank. En fait, nous n'avons aucun compte opérationnel avec Deutsche Bank", a-t-elle précisé. Même son de cloche chez Kushner Companies où l'on estime que les informations du New York Times sont "inventées et totalement fausses".

Enquêtes parlementaires

Fin avril, Donald Trump et trois de ses enfants, Eric, Ivanka et Donald Jr., ont engagé une procédure judiciaire contre Deutsche Bank afin d'empêcher la banque de se soumettre à une assignation de la Chambre des représentants américaine. Trump et sa famille ont justifié cette procédure ouverte auprès d'un tribunal de Manhattan en affirmant que les représentants démocrates majoritaires à la Chambre se livraient à un abus de pouvoir.

La Commission du Renseignement et celle des Services financiers de la Chambre des représentants ont adressé à Deutsche Bank des assignations à comparaître afin de faire la lumière sur des prêts consentis par la banque à Donald Trump et aux membres de sa famille. Affaire à suivre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect