Facebook dans le viseur de la justice californienne

©AFP

Cela fait dix-huit mois que le parquet de Californie enquête sur les pratiques de Facebook en matière de vie privée de ses utilisateurs.

Il s'agit d'un nouvel accroc pour le premier réseau communautaire mondial, qui fait déjà l'objet – comme les autres géants de la tech – d'une enquête au niveau national sur des soupçons de pratiques anticoncurrentielles. 

Le parquet de Californie a révélé qu'il enquêtait depuis dix-huit mois sur les pratiques de Facebook en matière de protection de la vie privée de ses utilisateurs, accusant le réseau social d'entraver les investigations en refusant de transmettre des emails de son PDG Mark Zuckerberg.

Ce que réfute le réseau social. Will Castleberry, vice-président de Facebook en charge des politiques locale et nationale, a déclaré que la firme avait "coopéré étroitement avec l'enquête de l'État de Californie" en fournissant "des milliers de pages de réponses écrites et des centaines de milliers de documents".

La boîte noire de Zuckerberg 

Si Facebook s'était plié à nos demandes légitimes dans le cadre de l'enquête, nous n'aurions pas fait cette annonce aujourd'hui.

Une porte-parole de l'Attorney General (ministre de la Justice) de Californie a réagi en déclarant: "Il semblerait que nous ayons des définitions différentes d'une coopération", évoquant 25 requêtes que Facebook a laissées sans réponse ou pour lesquelles il a refusé de fournir des documents. 

L'enquête des services de Xavier Becerra, lancée en 2018 suite au scandale Cambridge Analytica, s'est étendue au fil du temps aux pratiques de Facebook pour "déterminer si le réseau social respectait les lois californiennes, trompait ses utilisateurs et violait ses propres réglementations en autorisant des tiers à avoir accès aux données de ses utilisateurs", ont-ils dit dans des documents de justice.

"Si Facebook s'était plié à nos demandes légitimes dans le cadre de l'enquête, nous n'aurions pas fait cette annonce aujourd'hui. Mais nous devons faire progresser notre enquête", a déclaré Becerra devant des journalistes. Le parquet californien souligne son incapacité à accéder aux communications du fondateur et PDG de Facebook, déclarant dans un document déposé devant un tribunal du comté de San Francisco que le réseau social n'a pas cherché dans la boîte e-mail de Mark Zuckerberg les documents réclamés par assignation.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés